Ordre de la Libération Menu
Mathieu Rogier
<< Tous les compagnons

Mathieu Rogier

BM1
Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Tchad
Régiment de Marche du Tchad

Mathieu Rogier est né le 21 septembre 1909 à Etrechet dans l'Indre.

Appelé au service militaire en octobre 1932 il est sélectionné pour le peloton d'élève officier de réserve de Saint Maixent et est rendu à la vie civile avec le grade de sous-lieutenant en octobre 1933.

Installé en Afrique équatoriale française, il est mobilisé en septembre 1939 à Brazzaville comme lieutenant de réserve et affecté au Bataillon de tirailleurs du Moyen-Congo (BTMG) ; envoyé au Tchad, il est affecté à la 7e Compagnie du Régiment de tirailleurs sénégalais du Tchad (RTST) en novembre 1939 à Faya Largeau.

Rallié à la France libre, il sert toujours au RTST et passe à la 6e Compagnie en mars 1942.

En décembre 1942, il est affecté comme lieutenant à la 4e Compagnie du Bataillon de marche n° 1 (BM 1). Il participe dès lors à la seconde campagne du Fezzan dans le désert de Libye avec la Colonne Leclerc puis aux opérations de Tripolitaine et de Tunisie avec la Force L.

Le 25 juin 1943, Mathieu Rogier est promu capitaine, au moment où son unité prend l'appellation de Régiment de marche du Tchad (RMT) au sein de la 2e Division blindée du général Leclerc.

En mai 1944, il est en Angleterre où la 2e DB achève son entraînement en vue de la campagne de France. Le 4 août 1944, le capitaine Rogier débarque en Normandie comme commandant de la 5e Compagnie du 2e Bataillon du RMT.

Il se distingue les 11, 12 et 13 août, aussi bien à pied à Grandchamp que dans la poursuite, le 13 août, dans la forêt d'Ecouves où ses "dispositions judicieuses et sa fougue" permettent la mise hors de combat de plus de 500 Allemands, la destruction de 30 véhicules de combat et la capture de 130 prisonniers.

Il participe ensuite à la libération de Paris au cours de laquelle il est blessé, le 25 août 1944, au pont de Sèvres par balle aux deux jambes. Soigné au Val de Grâce, il rejoint rapidement son unité pour prendre part à la campagne des Vosges. Le 26 septembre 1944, à Nancy, le général de Gaulle lui remet la Croix de la Libération.

Mathieu Rogier est de nouveau blessé par balle au mollet le 19 novembre à La Frimbole en Meurthe-et-Moselle. Il participe ensuite activement à la campagne d'Alsace et termine la guerre en Allemagne.

Chef de bataillon en septembre 1945, il devient inspecteur général de l'Agriculture d'Outremer ; il sert notamment en Côte-d'Ivoire au Secrétariat d'Etat chargé de la Coopération.

Mathieu Rogier est décédé le 5 avril 1975 à Paris. Il a été inhumé au cimetière de Montmartre.

• Officier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 29 décembre 1944
• Croix de Guerre 39/45 (4 citations)
• Croix du Combattant Volontaire de la Résistance

Imprimer