Ordre de la Libération Menu
Stéphane Piobetta
<< Tous les compagnons

Stéphane Piobetta

22ème BMNA
Bataillons de la Mort

D'origine corse, Stéphane Piobetta est né le 22 juillet 1913 à La Roche-sur-Yon en Vendée. Son père était inspecteur général de l'Instruction publique.

Il fait ses études secondaires au lycée de la Roche-sur-Yon puis au lycée Clémenceau à Nantes et enfin au lycée Henri IV à Paris.

En 1930 il obtient son baccalauréat avec mention très bien et prépare dès lors le concours d'entrée à l'Ecole normale supérieure de la rue d'Ulm où il est reçu brillamment (premier à l'écrit et quatrième à l'oral) en 1934.

Parallèlement à ses études, Stéphane Piobetta fait, dans les années trente, de nombreux voyages à l'étranger notamment en Allemagne, URSS, Suède, Danemark, Norvège et en Grèce. Par ailleurs militant et cadre de la SFIO, il est licencié de Philosophie en 1936 et agrégé en 1938 avant de partir au service militaire comme EOR.

Formé à Saint-Maixent, il est nommé sous-lieutenant et affecté au 51e Régiment d'infanterie à Beauvais.

Il est nommé professeur au lycée de Laon en 1939 mais se voit maintenu au service au-delà de la durée légale en raison de la déclaration de guerre. Chef de section au 51e RI, il accomplit jusqu'au 1er avril 1940 plusieurs missions difficiles aux avant-postes. Pour son sens du devoir, il reçoit une citation à l'ordre du corps d'armée.

Il est ensuite affecté à l'Etat-major de la 29e Division d'infanterie et combat avec le plus grand courage du 5 au 11 juin après avoir rapporté au commandement de précieux renseignements et est cité une seconde fois.

Replié dans le sud-ouest, il est démobilisé le 1er août 1940. Ne pouvant rejoindre son poste à Laon qui se trouve en zone interdite, il est détaché au lycée Voltaire à Paris. Refusant la défaite et l'occupation, il est immédiatement opposé à la politique du gouvernement de Vichy et favorable à l'action du général de Gaulle.

Cherchant le moyen d'agir, il participe avec le lieutenant René Denis, alias Dautin, à l'un des premiers mouvements de résistance, "Les Bataillons de la Mort" et à la diffusion à partir de septembre 1941 de deux journaux clandestins, Le Coq Enchaîné et Quatorze Juillet.

A partir d'octobre 1941 il devient répétiteur à l'Ecole normale supérieure

Au moment d'être arrêté, en juillet 1943, il s'évade de France en traversant les Pyrénées et, via Barcelone, rejoint les Forces françaises combattantes en Afrique du Nord quatre mois plus tard. Après un court séjour à Alger, Stéphane Piobetta rencontre le général de Gaulle qui lui propose de hautes fonctions au sein du Comité français de la Libération nationale ; mais, désireux de combattre, il décline l'offre.

Il se voit alors chargé, en qualité de lieutenant, près de la côte tunisienne, de commander la 3e compagnie du 22e Bataillon de marche nord-africain (22e BMNA).

Avec ses hommes et l'ensemble de la 1ère Division française libre, il prend part à la campagne d'Italie.

A plusieurs reprises au cours des combats au Garigliano les 12-13-14 mai 1944, il conduit avec calme et courage l'effort victorieux de son unité, contribuant ainsi à annihiler de fortes résistances ennemies et ouvrant le passage aux chars d'assaut.

Le 14 mai, il emmène la 3e Compagnie du 22e BMNA, qui parvient à faire tomber la défense de la position de Cantalupo. Ses éléments avancés entourent les cotes 208 et 183 qui constituent le cap extrême du Cantalupo, surplombant de 160 mètres la route de San Giorgio. Lors de ces combats, à Sant'Apollinare, le lieutenant Piobetta est mortellement touché par des éclats d'obus. Il est d'abord inhumé au cimetière divisionnaire de San Giorgio puis dans la crypte de la Sorbonne à Paris.

• Chevalier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 20 novembre 1944
• Croix de Guerre 39/45 (4 citations)
• Médaille de la Résistance
• Médaille des Services Volontaires dans la France Libre

Publications :

• Le Mouvement pédagogique à l'étranger enquête sur l'école en URSS , Hermann 1938
La Philosophie de l'Histoire de Kant , Aubier 1947

Imprimer