Ordre de la Libération Menu
André Patou
<< Tous les compagnons

André Patou

EM
Le Triomphant
La Combattante

André Patou est né le 5 juillet 1910 à Parthenay (Deux-Sèvres) ; orphelin, il est élevé par ses grands-parents.

Il entre à l'Ecole navale en septembre 1929 et en sort avec le grade d'enseigne de vaisseau de 2e classe pour embarquer sur l'aviso Mondement au Maroc.

Affecté à Toulon en 1933, il est promu enseigne de vaisseau de 1ère classe en octobre ; il embarque ensuite successivement sur l'Albatros, le Courbet, le Tartu et enfin à l'Ecole des officiers canonniers.

André Patou effectue sur le torpilleur Typhon son premier embarquement d'officier breveté.

Il passe ensuite sur le Courbet puis sur le Tourville à bord duquel il se trouve lorsque survient la déclaration de guerre en septembre 1939.

Promu lieutenant de vaisseau en octobre 1939, il refuse l'armistice et quitte son bâtiment à Alexandrie le 10 juillet 1940 pour rejoindre la France libre naissante, avec quelques camarades de la Marine, parmi lesquels Honoré d'Estienne d'Orves et Roger Barberot.

Après un long périple par le Cap de Bonne Espérance, il gagne l'Angleterre fin septembre 1940 avec d'Estienne d'Orves et s'engage dans les Forces navales françaises libres (FNFL).

Dès le mois de novembre 1940, il embarque en qualité d'officier canonnier sur le Triomphant qui est envoyé dans le Pacifique pour y assurer la défense des possessions françaises au moment de l'agression de Pearl Harbour. Le Triomphant assure notamment de délicates missions d'évacuation de population sur les îles Nauru et Océan.

Promu capitaine de corvette en janvier 1942, André Patou prend, en février 1943, après deux mois de service comme chef de cabinet de l'amiral Auboyneau à Londres, le commandement du torpilleur La Combattante avec lequel il participe aux opérations en Manche. Le 25 avril puis le 13 mai 1944, au cours d'engagements face à des vedettes rapides, il parvient à en couler deux, en endommageant plusieurs autres et mettant en fuite le reste de la formation.

Le 6 juin 1944, lors des opérations du débarquement de Normandie, André Patou commande La Combattante qui est chargée d'escorter les troupes canadiennes. Il conduit le général de Gaulle en Normandie le 14 juin 1944.

A nouveau en Manche, les 26 et 27 août 1944, La Combattante, bien que touchée par l'ennemi, réussit à détruire quatre bâtiments allemands.

Promu capitaine de frégate, André Patou est affecté à la Direction du Personnel au ministère de la Marine en novembre 1944.

Après la guerre, il prend le commandement du croiseur léger Malin avant d'être affecté à l'Etat-major du Groupe des Croiseurs de Toulon, puis à l'Etat-major interarmées de Tananarive où il est promu capitaine de vaisseau en avril 1950. Il commande ensuite successivement le centre d'instruction des opérations amphibies d'Arzew puis le porte-avions Arromanches et le Groupe des porte-avions d'Extrême-Orient.

Auditeur à l'Institut des hautes études de la Défense nationale puis affecté à l'Etat-major du SHAPE, il est promu contre-amiral le 1er janvier 1956.

André Patou commande successivement la Marine à Lorient puis la 1ère flottille d'escorteurs d'escadre et il est promu, le 1er août 1959, au grade de vice-amiral.

De 1960 à 1963 il est major général de la Marine et est nommé vice-amiral d'escadre en 1961.

Membre du Conseil supérieur de la Marine dès 1963, il en devient le vice-président quelques années plus tard.

En 1965 André Patou est promu au grade d'amiral et, jusqu'en 1967, il est Préfet maritime de Brest et commandant en chef de l'Atlantique.

De 1968 à 1970, l'amiral Patou est chef d'Etat-major de la Marine. En 1970 il demande sa mise à la retraite et passe alors en 2e section.

Membre de droit du Conseil supérieur de la Marine, il est également, depuis 1971, membre du Conseil de l'Ordre de la Légion d'Honneur.

André Patou est décédé à Paris le 10 juin 2006. Il est inhumé à Loix-en-Ré en Charente-Maritime.

• Grand Croix de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 12 juin 1945
• Croix de Guerre 39/45 (4 citations)
• Croix de Guerre des TOE avec palme
• Médaille de la Résistance avec rosette
• Croix du Combattant Volontaire de la Résistance
• Médaille Coloniale avec agrafe "Extrême-Orient"
• Médaille des Services Volontaires dans la France Libre
• Médaille Commémorative d'Indochine
• Commandeur du Mérite Maritime
• Distinguished Service Order (GB)
• Distinguished Service Cross (GB)
• Chevalier du Danebrog (Danemark)
• Commandeur du Nicham Iftikar (Tunisie)
• Commandeur du Ouissam Alaouite (Maroc)
• Commandeur de l'Etoile Noire (Bénin)
• Grand Officier de l'Ordre Militaire du Portugal
• Grand Croix de l'Ordre de Malte
• Grand Officier de l'Ordre Royal du Phénix (Grèce)
• Commandeur de l'Ordre de Saint-Charles (Monaco)

Imprimer