Ordre de la Libération Menu
Paul Ortoli
<< Tous les compagnons

Paul Ortoli

EMPGDG
Triomphant
Surcouf
Emile Bertin

Fils de sous-préfet, Paul Ortoli est né le 19 septembre 1900 à Bastia en Corse.

Bachelier, il entre à l'Ecole Navale à Brest le 1er octobre 1919. Enseigne de vaisseau de 2e classe, il sert d'abord sur le croiseur Jeanne d'Arc en 1921 puis, les deux années suivantes, sur l'aviso Béthune en Syrie.

Promu enseigne de vaisseau de 1ère classe, Paul Ortoli est affecté à Toulon, à l'Ecole des Officiers Canonniers. En 1925 il est muté sur le torpilleur d'escadre Tempête puis, à partir de janvier 1927, à bord du sous-marin Galatée pendant presque trois ans.

Il passe ensuite trois années, jusqu'en septembre 1932, comme lieutenant de vaisseau à bord du sous-marin Surcouf avant de partir pour l'Indochine où il exerce le commandement du bâtiment hydrographe Octant.

De retour en France, à Toulon, en 1934, il sert successivement sur le croiseur Suffren, commande l'escorteur La Flore et sert à l'Etat-major de la Division "Instruction" de l'Escadre de la Méditerranée.

Promu capitaine de corvette en janvier 1939, Paul Ortoli embarque, au moment de la déclaration de guerre, en qualité de sous-chef d'Etat-major de la 4e Escadre sur le croiseur Duguay-Trouin.

Il passe ensuite à l'Etat-major des patrouilles de l'Océan à Brest et prend part aux opérations de défense et d'évacuation de Dunkerque en armant une petite flottille de chalutiers en bois comprenant 40 hommes, réservistes pour la plupart. Avec ces bâtiments, Paul Ortoli quitte Brest pour l'Angleterre, débarque à Plymouth et, le 15 août 1940, rallie le général de Gaulle avec 37 de ses hommes.

En septembre 1940, promu capitaine de frégate, il retrouve le Surcouf, comme commandant, le remet en état et effectue à son bord, pendant la Bataille de l'Atlantique, plusieurs patrouilles et escortes de convois.

En avril 1941, le Surcouf, au cours d'un passage au port de Devonport, contribue à repousser une très forte attaque aérienne, comptant parmi son équipage, un mort et six blessés.

En septembre 1941, Paul Ortoli quitte le Surcouf et devient chef de l'Etat-major particulier du général de Gaulle. En juin 1942, promu capitaine de corvette, il devient commandant du contre-torpilleur Triomphant à Sydney et reprend les patrouilles et les escortes de convois aux abords des côtes d'Australie et de Nouvelle Guinée.

Fin septembre 1943, Paul Ortoli quitte le Triomphant pour devenir Directeur du Cabinet du Commissaire à la Marine d'Alger. Il occupe ce poste jusqu'en juillet 1944, date à laquelle il prend le commandement du croiseur Emile Bertin.

A ce titre, il participe, le 15 août 1944, au débarquement de Provence au cours duquel le Bertin, engagé dans le golfe de Fréjus, détruit plusieurs batteries côtières de Cannes à Saint-Raphaël, coule deux bâtiments ennemis et contribue puissamment à la prise de Toulon.

En novembre 1944, Paul Ortoli est promu contre-amiral et commandant du Groupe des Ecoles Militaires de la Marine. A partir de mars 1945, il occupe le poste de Directeur du Cabinet Militaire du Président du Gouvernement Provisoire.

En novembre 1945, il devient Directeur du Personnel Militaire de la Flotte.

Promu au grade de vice-amiral en novembre 1946, Paul Ortoli se voit confier le commandement, à partir d'avril 1949, des Forces Maritimes d'Extrême Orient. Il dirige en personne les opérations sur le Mékong, en rivière de Saigon et les inspections au Tonkin.

En 1952, de retour en métropole, il est nommé Inspecteur Général des Forces Maritimes et Aéronavales. En novembre 1954, il ajoute à ces fonctions celles de Commandant en Chef désigné de la Zone Stratégique de l'Océan Indien.

Promu au grade de vice-amiral d'escadre en mars 1955, il exerce, de plus, les fonctions de conseiller militaire auprès de l'OTASE.

En février 1960 il reçoit ses étoiles d'amiral avant d'être placé dans la 2e section du cadre des officiers généraux de la Marine à compter du 1er octobre 1961.

L'amiral Ortoli occupe dès lors les fonctions de Conseiller d'Etat.

Membre du Conseil de l'Ordre de la Libération depuis 1946.

Paul Ortoli est décédé le 29 mars 1979 à Paris. Ses obsèques se sont déroulées en la chapelle de l'hôpital du Val-de-Grâce. Il a été inhumé à San Nicolao de Moriani en Haute-Corse.


• Grand Croix de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 17 novembre 1945
• Croix de Guerre 39/45 (5 citations)
• Croix de Guerre des TOE (2 citations)
• Médaille Coloniale avec agrafe "E-O"
• Médaille Commémorative 39/45
• Médaille Commémorative d'Indochine
• Commandeur du Mérite Maritime
• Médaille Commémorative des Services Volontaires dans la France Libre
• Officier de la Legion of Merit (USA)
• Commander of the British Empire (GB)
• Grand Officier de la Couronne (Belgique)
• Médaille de la Résistance (Pologne)
• Grand Officier du Lion Blanc (Tchécoslovaquie)
• Mérite Militaire de 1ère classe (Yougoslavie)
• Grand Cordon du Nicham Iftikhar (Tunisie)
• Grand Officier du Ouissam Alaouite (Maroc)
• Grand Officier de l'Etoile Noire (Bénin)
• Grand Officier de l'Ordre Royal du Cambodge
• Grand Officier du Million d'Eléphant (Laos)
• Grand Officier du Parasol Blanc (Laos)
• Mérite Militaire (Cambodge)
• Grand Officier de l'Ordre Royal (Vietnam)

Imprimer