Ordre de la Libération Menu
Louis Nicolas
<< Tous les compagnons

Louis Nicolas

13ème Demi Brigade de Légion Etrangère

Alias : Nivinsky

Louis Nicolas est né le 19 juin 1913 à Voutré en Mayenne.

Engagé volontaire pour trois ans à l'intendance de Caen le 29 décembre 1931 au titre du 5e Régiment de Chasseurs d'Afrique, il se rengage en 1934 puis en 1937 pour cinq ans à l'intendance d'Alger au titre de la Légion étrangère.

Le 18 décembre 1937 il est affecté au 4e Régiment étranger au Maroc.

Nommé caporal le 1er juin 1939, puis caporal-chef le 25 septembre 1939, Louis Nicolas est désigné pour faire partie d'un renfort aux armées et affecté au Bataillon de Marche type montagne de la Légion étrangère, rattaché au 3e REI le 21 février 1940 et dirigé sur l'Algérie.

Par décision militaire du 15 avril 1940 le groupement type de montagne de la Légion étrangère devient la 13e Demi-brigade de la Légion étrangère (13e DBLE), avec laquelle il prend part à la campagne de Norvège.

Débarqué en Norvège le 6 mai 1940, Louis Nicolas est blessé par balle, entre Bjervik et Narvik, le 24 mai. Avec l'ensemble du corps expéditionnaire, il est évacué vers Brest puis vers l'Angleterre à la mi-juin 1940, devant l'avancée des troupes allemandes.

Le 29 juin 1940 Louis Nicolas, avec la moitié de la 13e DBLE, rallie la France libre.

Engagé pour 6 mois au titre des FFL et de la 14e Demi-brigade de Légion étrangère le 1er août 1940, puis engagé volontaire pour la durée de la guerre, dans la 13e DBLE le 6 décembre 1940, il participe aux opérations de Dakar puis d'Erythrée.

Nommé sergent le 1er mai 1941, il prend part à la campagne de Syrie en juin juillet 1941 puis à celle de Libye. Le 28 mai 1942 au cours d'une patrouille au nord de Bir-Hakeim il fait front devant 12 chars et détruit deux d'entre eux ; chef de 75 antichars, le 8 juin, sa pièce ayant reçu de nombreux éclats de 155, deux de ses hommes ayant été blessés, il fait preuve de sang-froid et de courage au tir et sauve la vie de son pointeur.

Cet acte de bravoure lui vaut d'être cité à l'ordre de l'Armée et d'être nommé Compagnon de la Libération. Sergent-chef le 14 juillet 1942, il prend part ensuite à la campagne de Tunisie.

Avec le 2e Bataillon de Légion étrangère, Louis Nicolas participe ensuite à la campagne d'Italie où la 13e DBLE, au sein de la 1ère DFL, contribue à la percée sur le Garigliano. Le 21 mai 1944, ses munitions complètement épuisées, il protège le repli de son groupe à la mitraillette. Blessé par balle au cours de cette action, il est cité à l'ordre du corps d'armée.

Débarqué en Provence en août 1944, il prend part aux combats de libération du territoire national.

En avril 1945 la "13" participe à l'attaque du massif de l'Authion dans le sud des Alpes. Le 15 avril, Louis Nicolas, au cours de l'attaque à La Réole, entraîne sa section sous un violent tir d'artillerie, atteint son objectif et s'y maintient. A Colla Bassa, le 17 avril, il réitère cet exploit, ce qui lui vaut l'attribution de la Médaille Militaire.

Rengagé en 1949 au 1er REI pour servir en Indochine, il débarque à Saigon le 11 avril 1950. Il est blessé par balle et rapatrié le 15 juin 1951 vers Oran.

Il quitte la Légion étrangère en 1952 et devient hôtelier à Troyes.

Louis Nicolas est décédé le 5 septembre 1975 à Troyes où il est inhumé.

• Chevalier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 9 septembre 1942
• Médaille Militaire
• Croix de Guerre 39-45 (3 citations)
• Croix du Combattant 39-45
• Médaille Coloniale avec agrafes "Erythrée", "Libye", "Bir-Hakeim", "Extrême-Orient"
• Médaille des Blessés
• Médaille des Services Volontaires dans la France Libre
• Médaille Commémorative 39-45 avec barrettes "France", "Norvège", "Afrique", "Italie", "Libération"
• Médaille Commémorative de la Guerre en Norvège
• Chevalier du Nicham Iftikar

Imprimer