Ordre de la Libération Menu
Jean Nanterre
<< Tous les compagnons

Jean Nanterre

501ème Régiment de Chars de Combat

Jean Nanterre est né le 30 août 1907 à Nanterre. Son père est commissionnaire pour le commerce extérieur.

En 1926 il devance l'appel comme engagé volontaire au 8e Régiment de chasseurs à cheval puis est détaché au peloton d'élèves officiers de réserve de la 1ère Division de cavalerie au 4e Régiment de hussards à Rambouillet.

Nommé brigadier en mars 1926, il est affecté, en novembre 1927, à l'encadrement du peloton d'EOR de la 1ère Division de cavalerie au 16e Régiment de dragons.

Rendu à la vie civile, il exerce la profession de fondé de pouvoir de banque.

En 1938 il est nommé sous-lieutenant de réserve.

Mobilisé en août 1939, il rejoint le 40e GRDI (groupe de reconnaissance), où son courage durant la campagne de France lui vaut deux citations. Lors des combats du 12 au 14 mai 1940, il se distingue en accomplissant des missions de reconnaissance dans des conditions particulièrement périlleuses. De même, les 13 et 14 juin, en allant seul dans les lignes ennemies, rechercher des cavaliers égarés de son escadron.

Démobilisé après la campagne de France, Jean Nanterre refuse la défaite et, après avoir fondé dans la clandestinité l'amicale des Anciens du 40e GRDI, il s'évade de France.

Parvenu en Angleterre, il s'engage dans les Forces françaises libres le 17 mai 1942 et est affecté, avec le grade de lieutenant, au 1er Escadron mixte, future 3e Compagnie de chars des FFL. La 3e Compagnie quitte l'Angleterre en mars 1943 sur le Monarch of Bermudas et débarque à Suez avant de gagner Le Caire, le 5 mai 1943.

Le mois suivant Jean Nanterre, avec son unité, rejoint Sabratha en Tripolitaine où se constitue le 501e Régiment de chars de combat (501e RCC) au sein de la 2e Division blindée du général Leclerc. Au Maroc, le 1er septembre 1943, il est affecté à la 4e Compagnie du 501e RCC, équipée de chars légers.

Le 20 mai 1944, l'unité est dirigée vers l'Angleterre où elle débarque le 31 mai. Stationné au camp de Huggate, dans le Yorkshire, puis à Bourgnemouth, Jean Nanterre embarque à destination de la France le 25 juillet 1944.

Il débarque à Utah-Beach le 2 août 1944, fait mouvement avec son régiment et bivouaque près du Mans le 10 août. A partir du 11 août, il participe à la campagne de Normandie, et notamment aux combats d'Ecouché, pour fermer la poche de Falaise, où il fait à nouveau preuve d'audace en se portant hardiment au contact des éléments américains en dépit du danger. Il quitte Ecouché le 23 août pour se diriger avec son régiment en direction de Limours, pour prendre ensuite part à la bataille de Paris, les 24 et 25 août 1944, dans les combats du Luxembourg, du Sénat, de la rue de Rivoli, de l'hôtel Meurice et de la place de la Concorde.

Lors de l'avancée vers l'est de la Division Leclerc, il participe à l'attaque d'Andelot le 12 septembre, puis à la campagne des Vosges et aux combats de la Ferme des Mouteaux, de Doncières, et de Châtel. Là, traversant à gué la Moselle, il neutralise les armes automatiques qui arrêtent l'infanterie et, progressant au mépris du feu intense de l'ennemi, il ramène sa section intacte et permet la création de la tête de pont. Il est, pour cet acte, cité à l'ordre du corps d'armée.

Jean Nanterre prend également part à l'attaque de Brouville Merviller, où il parvient à regrouper son détachement dont le chef venait d'être tué, ce qui lui vaut, une fois encore, d'être cité, puis à l'opération de Montigny, le 1er novembre, et à l'attaque menant à la libération de Strasbourg, le 23 novembre 1944.

Le 2 décembre 1944, il est grièvement blessé par éclats d'obus, à Herbsheim. Il rejoint son unité à sa sortie de l'hôpital le 7 mars 1945 pour être stationné à Cracay, dans le Cher, puis affecté au P.C. du régiment en qualité d'officier de renseignements. Il quitte ce lieu, le 23 avril 1945, pour prendre part à la fin de la campagne d'Allemagne.

Il combat à Tegernsee et à la prise de Schliersee le 3 mai 1945. Il participe également à la prise de Berchtesgaden et de Strub le 5 mai. Toujours détaché en pointe pour les missions de reconnaissance de cette campagne, son sang-froid et son dynamisme le font citer à l'ordre de la division.

Rentré en France début juin 1945, il stationne à Champigny et est promu capitaine. De retour à la vie civile, le chef d'escadrons de réserve Jean Nanterre crée sa société d'import-export et prend la direction des Etablissements métallurgiques Worms.

Il est membre et trésorier de la Société d'Entraide des Compagnons de la Libération.

Jean Nanterre est décédé le 13 novembre 1996 à Paris où il est inhumé.


• Commandeur de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 17 novembre 1945
• Croix de Guerre 39-45 (6 citations)
• Croix du Combattant Volontaire 39/45

Imprimer