Ordre de la Libération Menu
Pierre Moguez
<< Tous les compagnons

Pierre Moguez

BM 11

Pierre Moguez est né le 25 avril 1913 à Tananarive (Madagascar). Son père, proviseur de lycée, est le fondateur des lycées de Tananarive, de Saint-Louis du Sénégal et de Dakar.

Elève au lycée Henri IV à Paris, il passe le baccalauréat avant de signer en 1931 un engagement volontaire au 22e Régiment d'infanterie coloniale (22e RIC). Soldat de 1ère classe en 1933, il est promu caporal en février 1934 avant d'être affecté au 1er Régiment de tirailleurs sénégalais (1er RTS) et embarqué pour Dakar.

En juillet 1934, il passe au 7e RTS et est blessé, en septembre, au cours d'opérations de police en Mauritanie. Sergent depuis janvier 1936, il est muté en juillet 1938 au 2e RMM à Madagascar.

Sergent-chef en janvier 1940, il est admis à suivre les cours d'élève officier à Tananarive et est nommé aspirant en juillet 1940.

Refusant l'armistice, Pierre Moguez attend alors l'occasion qui lui permettra de poursuivre la lutte. En mars 1941, il est détaché comme directeur du Peloton d'élèves caporaux indigènes. Le 10 avril 1941, il s'évade de Madagascar avec plusieurs camarades sur la goélette Elie Fusiani et touche terre onze jours plus tard à Dar Es Salam au Tanganyika.

Dirigé sur Mombasa au Kenya puis sur le Caire, il signe immédiatement son engagement dans les Forces françaises libres. Il est nommé sous-lieutenant par le général de Gaulle et employé provisoirement, en juin 1941, comme commandant du camp de Mena et officier du chiffre à l'Etat-major du Caire.

En août 1941 il est chargé du transport de la Base française d'Egypte.

Dirigé sur la Syrie en mars 1942, il parvient à Beyrouth à la fin du mois et est affecté au Bataillon de marche n°11 (BM 11), à Damas. Passé en Palestine, puis en Libye avec son unité, il atteint le Caire en juillet 1942 avant de monter en ligne sur le front d'El Alamein, le 17 octobre.

En décembre 1942, il est promu au grade de lieutenant et prend part à la campagne de Tunisie d'avril à juin 1943. Il stationne ensuite pendant deux mois en Tripolitaine dans la région de Zuara avant d'occuper pour six semaines les fonctions de directeur du Peloton d'élèves sous-officiers.

Du 31 août 1943 au 11 avril 1944, il séjourne de nouveau en Tunisie où la 1ère Division française libre se prépare intensément à la campagne d'Italie.

Il débarque à Naples le 20 avril 1944 et participe brillamment avec le BM 11 aux opérations. Le 17 mai, lors de l'attaque de Casa du Liri, il contribue au succès de l'opération en s'accrochant au terrain malgré les pertes et la poussée ennemie. Le surlendemain 19 mai, au Rio Forma Quesa, il atteint dans les premiers la tête de pont avec la 5e Compagnie qui, le 21, occupe Pontecorvo et appuie efficacement la progression britannique par ses patrouilles offensives et par ses tirs. En juin 1944, il combat également à Montefiascone puis au Lac de Bolsena.

Le 16 août 1944 il débarque à Cavalaire et prend une part active à la libération de Toulon. Le 21 août, après la mort du lieutenant Dupuis commandant la compagnie, puis du capitaine Tagger, il prend le commandement de la 5e Compagnie qu'il entraîne à l'attaque des collines de La Crau.

Le 21 septembre, dans les Vosges, il entraîne ses hommes dans une vigoureuse contre-attaque à Mignavillers ; le 26 il attaque et s'empare de Lomontot malgré de nouvelles pertes et une vive réaction allemande.

A partir du 2 janvier 1945 le lieutenant Moguez combat en Alsace où il est grièvement blessé par balle à l'œil le 8 janvier devant Osthouse. Evacué sur l'hôpital de Besançon il est détaché, après sa convalescence, en février 1945, à l'école des cadres des AFAT à Thomery (Seine-et Marne).

Le 16 octobre 1945 il se voit décerner la Croix de la Libération par le général de Gaulle.

En décembre 1945 il est promu capitaine et démissionne de l'Armée l'année suivante. Il se met aussitôt à la disposition du gouverneur général de l'AOF puisque, parallèlement, il a suivi un stage de formation à l'Ecole Nationale de la France d'Outre-Mer. Nommé administrateur adjoint de 1ère classe, il est d'abord affecté au Niger puis, en 1947, nommé chef de la subdivision de Diapaga en Haute-Volta.

Après un court séjour en métropole, le haut-commissaire à Madagascar lui enjoint de se mettre à la disposition du chef de la province de Fianarantsoa.

Administrateur de 1ère classe, Pierre Moguez devient chef de district de la province de Majunga puis chef de bureau des Etudes générales et du Plan de la province de Fianarantsoa. Par ailleurs, il est promu, en 1953, chef de bataillon de réserve.

En 1956, il occupe les fonctions d'administrateur en chef et termine sa carrière administrative en 1959 à Ambalavao.

Il est par la suite, pendant plusieurs années, agent commercial de la Société Technique Electronique.

Pierre Moguez est décédé le 7 avril 1982 à Monchaux-les-Quend dans la Somme. Ses obsèques se sont déroulées en l'église Saint-Jacques d'Amiens. Il est inhumé à Quendville (Somme).


• Officier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 16 octobre 1945
• Croix de Guerre 39/45 (8 citations)
• Croix de Guerre des TOE
• Médaille de la Résistance
• Médaille des Blessés
• Médaille des Evadés
• Croix du Combattant 39/45
• Croix du Combattant Volontaire 39/45
• Médaille Coloniale avec agrafe "Tunisie 1942-1943"
• Médaille Commémorative 39/45 avec agrafes "Afrique", "Italie", "Libération"
• Médaille des Services Volontaires dans la France Libre

Imprimer