Ordre de la Libération Menu
Olivier Massart
<< Tous les compagnons

Olivier Massart

Groupe de Chasse « Ile de France »
RAF
Squadron 253

Olivier Massart est né le 31 octobre 1919 à Bordeaux.

Il fait ses études au lycée de Bordeaux puis à celui d'Arcachon.

Passionné d'aviation, il travaille comme ouvrier aux docks pour couvrir les frais de ses cours de pilotage, puis s'engage dans l'aviation en octobre 1939.

Il est affecté à l'Ecole auxiliaire à Agen puis à l'Ecole principale d'Avord en mars 1940 avec le grade de caporal-chef.

Au moment de la débâcle , il suit la retraite de son unité jusqu'aux Pyrénées et, avec une quinzaine de camarades, décide de rejoindre l'Afrique du Nord où, pensent-ils, la guerre va se poursuivre. Le 18 juin il embarque à Bayonne avec des camarades de l'école d'Avord sur un bateau norvégien, Le Talberg, gagnant le Maroc.

Finalement, de Casablanca, le petit groupe réalise que l'Afrique du Nord suivra l'armistice et embarque donc à nouveau, le 30 juin vers Gibraltar et, de là, sur un bâtiment, l'Anadyr, évacuant des troupes polonaises vers l'Angleterre. Les élèves pilotes parviennent en Grande-Bretagne, à Greenock en Ecosse, le 20 juillet 1940.

Envoyé à la French and Belgian Flying Training School d'Odiham, Olivier Massart parfait son entraînement, sur Simoun, sur Miles Magister puis sur Miles Master et sur Hurricane d'août 1940 à juin 1941.

Début juillet, il obtient son brevet de pilote de la RAF, sortant parmi les premiers de la 5 STFS. En juillet et août 1941, le sergent Massart achève avec succès sa formation à l'Operationnal Training Unit n° 52 et est promu au grade de sous-lieutenant.

Affecté le 3 septembre à une escadrille anglaise, au Squadron 253, Olivier Massart est affecté deux mois plus tard, au moment de sa création, au Groupe de chasse "Ile-de-France" (Squadron 340) des Forces aériennes françaises libres.

Avec l'escadrille "Paris", à Turnhouse, sous le commandement du capitaine Duperier, il commence ses vols opérationnels sur Hurricane et Spitfire en novembre et décembre 1941.

En janvier 1942 le groupe, sous les ordres du capitaine de corvette Philippe de Scitivaux, fait mouvement sur la base d'Ayr où il est maintenu en état d'alerte perpétuel. C'est là qu'il reçoit, le 12 février 1942 la visite du général de Gaulle avant d'être déplacé sur la base de West Hampnett en avril où il rejoint le Squadron 129 de la RAF avec lequel il forme le Wing de Tangmere.

Durant toute l'année 1942 l'Ile-de-France multiplie les missions et Olivier Massart se distingue par ses qualités et sa volonté de servir. Il participe notamment, en août 1942, au raid allié sur Dieppe, au cours duquel il endommage un bombardier ennemi, avant de s'installer avec son unité sur le terrain de Biggin Hill, en septembre et de recevoir ses galons de lieutenant.

Le 13 février 1943 il abat un FW 190 avant d'être promu capitaine.

Il prend, en avril 1943, les commandes de l'escadrille A du groupe dont il avait vu la naissance et assure la protection des convois maritimes alliés, le recueil de bombardiers lors de leur retour de mission et l'escorte d'avions transportant des personnalités importantes. Enfin, à plusieurs reprises, les appareils du capitaine Massart sont chargés de l'interception des vols de reconnaissance adverses.

En septembre, le GC Ile-de-France, basé à Drem depuis mai 1943, s'installe en Cornouailles et constitue avec le GC Alsace le Wing de Perranporth. Le Groupe opère alors à la fois des raids sur la Bretagne et des missions de protection de bombardiers et de convois maritimes.

En avril 1944 le Groupe de chasse s'installe à Llandbr, dans le Pays de Galles et le 6 juin 1944, dans le cadre des opérations du débarquement en Normandie, il effectue, sur Spitfire IX, plusieurs missions de couvertures des têtes de pont britanniques. Le 12 juin il abat un second FW 190.

En août 1944, c'est depuis la région de Bayeux qu'opère le Groupe Ile-de-France. A la tête de l'escadrille "Paris", le capitaine Massart mène des missions d'attaque au sol contre les forces ennemies en retraite, qu'il suit jusqu'en Belgique et aux Pays Bas. De retour en Grande Bretagne, le groupe assure durant quelques semaines l'escorte des bombardiers alliés sur l'Allemagne.

En décembre 1944, Olivier Massart prend le commandement du Groupe de chasse Ile-de-France en remplacement du commandant Jean Fournier.

Le 13 mars 1945 son spitfire est abattu au-dessus de l'allemagne et, fait prisonnier, il est détenu au Stalag Luft de Barth en Poméranie jusqu'au 13 mai 1945.

Au total, Olivier Massart a effectué 283 missions de guerre totalisant 395 heures de vol. Il a remporté 2 victoires aériennes homologuéeset détruit au sol de nombreux véhicules ennemis, camions, péniches et locomotives.

Olivier Massart continue sa carrière dans l'aviation ; il sert notamment au cabinet militaire du ministre de l'Air puis en Indochine (1953-1955) et comme lieutenant-colonel, chef des missions offensives à l'OTAN.

Le colonel Massart est ensuite de 1959 à 1961 commandant de la 4e Brigade aérienne à Bremgarten puis attaché militaire naval et de l'air près l'ambassade de France à Tel Aviv en 1962, avant de prendre le commandement de la base aérienne de Djibouti en octobre 1965.

Le 9 mai 1968, au dessus de Djibouti, le colonel Massart s'écrase au sol avec son appareil au cours d'un exercice de tir. Il a été inhumé au cimetière de la Chartreuse, à Bordeaux (Gironde).

• Commandeur de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 28 mai 1945
• Croix de Guerre (12 citations)
• Croix de Guerre des TOE (1 citation)
• Médaille des Evadés
• Médaille de l'Aéronautique
• Médaille Coloniale avec agrafe “E-O”
• Croix du Combattant 39/45
• Médaille Commémorative 39/45
• Médaille Commémorative d'Indochine
• Officier du Nicham El Anouar
• Distinguished Flying Cross (GB)
• Air Medal (USA)

Imprimer