Ordre de la Libération Menu
Paul Marson
<< Tous les compagnons

Paul Marson

Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Tchad
Régiment de Marche du Tchad
GNT

Paul Marson est né le 11 juillet 1906 à Boulay en Moselle. Son père était fonctionnaire.

Après ses études secondaires, il s'engage dans l'armée et sert pendant près de douze années dans les groupes nomades de Mauritanie et du Tchad.

En 1939, il sert au groupe nomade méhariste du Tibesti. C'est grâce au poste radio servant à ses liaisons avec ses chefs directs que Paul Marson entend à plusieurs reprises, à partir du 18 juin 1940, l'appel du général de Gaulle.

Refusant la défaite, il rallie la France Libre le 25 août 1940, à la veille du ralliement du Tchad.

Adjudant-chef au Groupe Nomade du Tibesti, il participe en décembre 1940 et janvier 1941 au raid méhariste sur Tedjéré à la frontière italienne du Fezzan.

Au sein de la Colonne Leclerc il prend part ensuite aux campagnes du Fezzan puis, en 1943 à toutes les opérations de la Force L en Tripolitaine et en Tunisie et en particulier aux combats de Gatroun, Mizda et Ksar Rhilane où il est blessé.

Au Djebel Malab, en Tunisie, il attaque et occupe un important observatoire allemand, puis participe aux combats de Gabès et du Djebel Garci.

De juillet à septembre 1943, Paul Marson stationne à Sabratha en Tripolitaine puis, jusqu'en avril 1944 en Algérie et au Maroc où se constitue la 2e DB du général Leclerc. Promu lieutenant, il est affecté à la 2e Compagnie du 1er Bataillon du Régiment de Marche du Tchad (RMT), il embarque avec son unité pour l'Angleterre en mai 1944 et débarque à Grandcamp le 1er août 1944.

Le lieutenant Marson prend une part active aux combats de Normandie, à Alençon, Carrouges et Argentan. Au cours des combats des 10 et 11 août 1944, à la Boulay et à la Hutte, il se distingue par son calme et son sang-froid dans un terrain difficile contre un ennemi décidé.

Le 21 août 1944, il quitte Argentan, à destination de Paris, avec le détachement léger de reconnaissance que commande le commandant de Guillebon. Il combat à Voisins-le-Bretonneux, au terrain d'aviation de Guyancourt, à Trappes et prend une part importante à la bataille de Paris en occupant le pont de l'Alma et en combattant aux Invalides, au Ministère des Affaires Etrangères et au Bourget notamment.

Il quitte Paris pour les Vosges le 8 septembre 1944 et, le 12, il réalise près de Châtillon-sur-Seine la jonction avec des éléments de la 1ère Division Française Libre (Armée de Lattre).

Il prend part à tous les combats des Vosges et à la libération de Strasbourg, le 23 novembre 1944. Le 28 novembre, à Erstein, à la tête de sa section, il enlève à l'assaut un canon de 88 mm et deux mitrailleuses. Le 1er décembre, il prend par surprise le village de Boofzheim défendu par des chars et une forte garnison, faisant soixante prisonniers dont sept officiers. Le lendemain, arrêté par des tirs de nombreuses armes automatiques et de deux chars, il a maintenu sa section sur place, sous un violent bombardement, pendant près de trois heures, avant d'entraîner ses hommes sur les positions allemandes et de s'emparer à nouveau d'un canon de 88 mm et de nombreux prisonniers.

Après la capitulation allemande, Paul Marson poursuit sa carrière militaire et part pour l'Indochine, en septembre 1945 avec le groupement de marche de la 2e DB avec lequel il participe aux opérations de nettoyage des environs de Saigon, de la Cochinchine et de l'Annam d'octobre 1945 à février 1946.

Il débarque ensuite à Haïphong en mars 1946 et participe aux combats de dégagement de la ville de Hanoï et de ses environs, de décembre 1946 à mars 1947.

Affecté au 5e puis au 3e Bataillon Colonial de Commandos Parachutistes avec le grade de capitaine, il effectue plusieurs séjours en Indochine entre 1948 et 1952.

D'avril 1952 à juin 1954, il assure le commandement du groupement Mixte d'Intervention Aéroporté Régional du Laos.

De décembre 1956 à mars 1960, il sert à la base militaire française de Seno au Laos.

Paul Marson quitte l'armée avec le grade de lieutenant-colonel.

Paul Marson est décédé le 30 novembre 1987 à Levallois-Perret dans les Hauts-de-Seine. Les obsèques se sont déroulées en la chapelle de l'Hôpital de Notre-Dame du Perpétuel Secours à Levallois où il a été inhumé.


• Officier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 20 novembre 1944
• Croix de Guerre 39/45 (4 citations)
• Croix de Guerre des TOE
• Médaille des Blessés
• Médaille coloniale avec agrafes "Sahara", "Fezzan-Tripolitaine", "Tunisie", "AFL", "E-O"
• Croix du Combattant Volontaire
• Croix du Combattant Volontaire de la Résistance
• Médaille Commémorative des Services Volontaires dans la France Libre
• Médaille Commémorative 39/45
• Médaille Commémorative d'Indochine
• Military Cross (GB)
• Presidential Unit Citation (USA)
• Officier de l'Etoile Noire du Bénin
• Officier de l'Etoile Noire d'Anjouan
• Officier du Nicham Iftikar
• Officier de l'Ordre du Million d'Eléphant (Laos)
• Officier de l'Ordre du Parasol Blanc
• Officier du Mérite Vietnamien
• Officier de l'Ordre du Mérite Saharien

Imprimer