Ordre de la Libération Menu
Philippe Marmissolle-Daguerre
<< Tous les compagnons

Philippe Marmissolle-Daguerre

1er Régiment d'Artillerie Coloniale

Philippe Marmissolle-Daguerre est né le 1er janvier 1921 à Saint Séverin (Charente).

Dès l'appel du général de Gaulle, refusant la défaite, il quitte ses études et embarque à Bayonne, le 21 juin 1940, sur le Léopold II, avec une quinzaine de camarades dont Daniel Cordier, à destination de l'Angleterre où il débarque le 24 juin.

Engagé dans les Forces Françaises Libres, il est affecté à la 1ère Section puis au 1er Bataillon d'Artillerie au camp d'Aldershot, où il suit une formation militaire. Il est nommé caporal le 1er juillet 1940.

Avec son unité, il embarque le 31 août 1940 pour Dakar afin de tenter de rallier le Sénégal à la France Libre (opération Menace). Après l'échec de l'opération et une escale à Freetown, il débarque au Cameroun.

Philippe Marmissolle-Daguerre participe avec la Brigade française d'Orient à la campagne d'Erythrée contre les forces italiennes et notamment aux attaques de Keren, le 26 mars 1941, et de Massaoua, le 8 avril 1941.

Au mois de juin 1941, au sein de la 1ère Division Légère Française Libre, la 1ère Batterie pénètre en Syrie, sous les ordres du général Legentilhomme et se distingue sur la route de Damas.

Le 19 décembre 1941 le caporal Marmissolle-Daguerre intègre, avec son unité, le 1er Régiment d'Artillerie, officiellement reformé sous les ordres de Jean-Claude Laurent-Champrosay, au sein de la 1ère Brigade Française Libre commandée par le général Koenig. Le régiment reçoit le baptême du feu en Libye, à Halfaya, le 14 janvier 1942, en appuyant les troupes britanniques et le Groupe de Bombardement "Lorraine". Du 14 février au 10 juin 1942, la brigade occupe la position de Bir-Hakeim et Philippe Marmissolle-Daguerre fait à cette occasion la preuve d'un mépris total du danger qui lui vaut d'être cité.

Ramené dans le delta du Nil, le régiment se reforme. Avec lui, Philippe Marmissolle-Daguerre part, le 18 octobre 1942, pour les campagnes d'Egypte et de Libye, où son frère, Français Libre également, est tué. Le 1er Régiment d'Artillerie contribue activement à la victoire d'El Alamein.

Il prend part ensuite à la campagne de Tunisie.

A la fin du mois d'avril 1944, Philippe Marmissolle-Daguerre embarque, à Bône (Algérie), pour Naples. Au début de juin, les combats ininterrompus conduisent le régiment sur les rives du Garigliano. A San Giorgio, le 16 juin, le sergent Marmissolle-Daguerre en poste d'observation dans un clocher, cible de violents tirs de mortiers et force l'admiration des troupes par son courage. Il s'illustre également le 19 juin à Radicofani.

Le régiment, avec la 1ère Division Française Libre, débarque le 16 août 1944 dans la baie de Cavalaire et prend position devant Hyères. Après la bataille de Toulon, la Division reçoit alors la mission de poursuivre l'ennemi en retraite sur la rive droite du Rhône. C'est ensuite l'avancée vers l'Alsace. Le lieutenant Marmissolle-Daguerre est gravement blessé au visage, le 20 septembre 1944 à Courchaton (Vosges), en sautant sur une mine alors qu'il conduit une jeep. Il est évacué et démobilisé en juin 1945.

Philippe Marmissolle-Daguerre est promu capitaine dans la réserve le 1er octobre 1953 et se fixe au Mexique où il travaille comme gérant dans une entreprise de fabrication de Whisky.

Philippe Marmissolle-Daguerre est décédé le 18 février 1977 à Acapulco. Il est inhumé à Mexico, au cimetière français de San Joaquin.


• Chevalier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 17 novembre 1945
• Croix de Guerre 1939-1945 (3 citations)

Imprimer