Ordre de la Libération Menu
Jean Lucchesi
<< Tous les compagnons

Jean Lucchesi

Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Tchad
Régiment de Marche du Tchad


Jean Lucchesi est né le 24 juillet 1918 à Marseille (Bouches-du-Rhône). Son père était négociant.

Elève au lycée Michelet à Paris, il obtient une licence en droit et entre à l'Ecole de la France d'Outre-Mer. Mobilisé le 2 septembre 1939 au centre de Préparation militaire supérieure de Laval, suit les cours d'EOR de Saint-Cyr et devient aspirant le 16 mai 1940.

Il participe à la campagne de France, notamment aux durs combats sur la Seine et sur la Loire en qualité de chef de section d'Infanterie.

Il est fait prisonnier le 23 juin 1940, retrouve sa liberté le 9 juillet et demande à servir outre-mer dans le secret dessein de rejoindre le général de Gaulle, comme le fera également son frère Yves, pilote de bombardier en Angleterre.

Engagé dans les troupes coloniales en juin 1941, il est affecté en octobre au groupe nomade N'Guimi, dans les confins nigériens.

Après une première tentative infructueuse en janvier 1942, entreprend en septembre 1942, avec l'aspirant Pierre Lebrun, une marche à chameau pour rallier les Forces Françaises Libres de l'AEF et parvient, au bout de trois jours et trois nuits, à joindre le groupe nomade du Kanem.

Jean Lucchesi est affecté en octobre 1942 à la 1ère Compagnie de découverte et de combat du Régiment de Tirailleurs sénégalais du Tchad (RTST) au sein de la Colonne Leclerc.

Il se distingue lors de la seconde campagne du Fezzan en janvier 1943 à Mizda où il dirige avec précision son canon de 20 mm sous le feu de l'ennemi. Il prend part ensuite aux combats de Tunisie jusqu'en mai 1943.

Le 5 octobre 1943, lors de la formation de la 2e Division blindée (2e DB) au Maroc, il est affecté au Régiment de Marche du Tchad (RMT) comme chef de section à la 3e Compagnie.

Il débarque en France avec la Division début août 1944 et s'illustre par son esprit offensif, son sang-froid et son courage au feu tout au long de la Bataille de Normandie, notamment à Doucelles, au Mesnil Scelleur et à Carrouges.

A Paris, il se distingue encore aux combats des Tuileries en éclairant à chaque instant la marche des chars et en facilitant la destruction de six chars lourds ennemis. Sous un feu violent adverse, il entraîne par son exemple, ses hommes à l'assaut des nids de résistance ennemie qui défendent les jardins des Tuileries.

Jean Lucchesi fait une nouvelle fois la preuve de son courage dans les Vosges. Le 22 septembre 1944, il se lance à la tête de sa section à l'assaut du village de Menil-Flin et s'en empare rapidement en infligeant des pertes sévères à l'ennemi. Le 31 octobre 1944, il entre le premier à Baccarat.

Le 2 novembre, près de Bertrichamps, il réussit le délicat décrochage d'une patrouille prise sous un feu ajusté de mitrailleuses et organise avec un courage et une habileté remarquables le sauvetage de trois de ses hommes grièvement blessés. Le 20 novembre, il nettoie plusieurs villages dont celui de Langatte, permettant la capture d'une batterie d'artillerie. Le lendemain, il dirige avec succès une action à pied qui permet de s'emparer du passage de La Petite Pierre. Le 23 novembre, au Pont de Khel à Strasbourg, il bouscule, au cours d'un violent combat de rues, un ennemi qui se défend farouchement à la grenade et au bazooka.

Enfin, il participe à la campagne d'Allemagne et termine la guerre avec le grade de lieutenant.

Il reprend son métier d'administrateur des colonies d'abord comme commandant du cercle de Tidkikja en Mauritanie jusqu'en 1948. Il est ensuite affecté au Soudan comme commandant du cercle de Goundam, chef de la subdivision de Douenza (1951) puis de Bamako (1952-1955), commandant du cercle de Tombouctou (1955-1957) puis de Niafunké (1958-1959).

Chef de cercle administratif au Sahara (à Ouargla) en 1960-1961, il est ensuite secrétaire général de la Sarthe (1961-1965), de la Gironde (1966-1969), puis préfet de l'Orne (1969-1973), de la Dordogne (1973-1975) et enfin inspecteur général de l'administration de 1975 à sa retraite en 1983.

Préfet honoraire, il est membre du Conseil de l'Ordre de la Libération depuis 1975.

Jean Lucchesi est décédé le 5 novembre 2004 à Bastia. Il est inhumé à Barrettali en Corse.

• Grand Officier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 24 mars 1945
• Commandeur de l'Ordre National du Mérite
• Croix de Guerre 39-45 (6 citations)
• Croix du Combattant Volontaire de la Résistance
• Médaille Coloniale avec agrafes "Fezzan", "Tripolitaine", "Tunisie"
• Médaille des Services Volontaires dans la France Libre
• Presidential Unit Citation (USA)
• Officier de l'Etoile Noire du Bénin

Imprimer