Ordre de la Libération Menu
Jacques Langlois De Bazillac
<< Tous les compagnons

Jacques Langlois De Bazillac

BM1
Régiment de Marche du Tchad
Colonne Leclerc

Jacques Langlois de Bazillac est né le 29 juillet 1912 à Hanoi (Tonkin) où son père, saint-cyrien et officier supérieur est en poste.

La famille, après divers séjours en Afrique, regagne la France en 1927. Jacques fait ses études secondaires à Toulon puis à Paris comme pensionnaire à Henri IV de la seconde au baccalauréat avant de suivre les cours de « Navale » à Saint-Louis et d'entrer à son tour à Saint-Cyr en 1932 (promotion de Bournazel).

Affecté au 8e Régiment de tirailleurs sénégalais (8e RTS), il sert pendant deux années en Abyssinie (1935-1937) puis deux années en AOF, d'abord au Dahomey au 8e Bataillon de tirailleurs sénégalais (8e BTS), puis, à partir de mars 1939, au 3e BTS au Niger.

C'est là que le surprend l'armistice ; dès juillet 1940, il quitte la colonie pour passer au Nigeria britannique afin de reprendre le combat. Fin août 1940, il fait partie de ceux qui accueillent le colonel Leclerc au Cameroun et il contribue activement au ralliement du territoire à la France libre.

Le lieutenant Langlois de Bazillac prend part ensuite brillamment à la campagne de ralliement du Gabon à la France libre en novembre 1940 avec le Régiment de tirailleurs du Cameroun (RTC).

Affecté au Bataillon de marche n° 1 (BM 1) au sein de la Colonne Leclerc, il est détaché, en raison de sa bonne connaissance de l'anglais, comme officier de liaison à Kano et promu capitaine en septembre 1941.

A partir de décembre 1942, il participe à la seconde campagne du Fezzan puis aux opérations de Tripolitaine et de Tunisie. Il est ensuite affecté sous les ordres du commandant Massu au 2e Bataillon du Régiment de Marche du Tchad (RMT) lors de sa création en juin 1943 comme commandant de la 6e compagnie.

Après la formation au Maroc de la 2e Division blindée du général Leclerc, Jacques Langlois de Bazillac est rapatrié en Angleterre avec son unité en mai 1944 avant de débarquer en Normandie en août. Il se distingue pendant les combats de Normandie puis, commandant l'unité d'avant-garde le 24 août 1944, il contribue à enfoncer la résistance de Toussus-le-Noble et de la Bièvre en région parisienne. Le même jour, il est blessé à Jouy en Josas par éclats de grenade.

Dans les Vosges, les 12,13 et 14 septembre 1944, il se distingue à la tête de sa compagnie, capturant des prisonniers, tout en couvrant et protégeant les chars du bataillon. Le 1er novembre, en Meurthe-et-Moselle, à la tête d'un détachement d'infanterie et de chars, il s'empare du village d'Herbeviller malgré la résistance de l'infanterie ennemie ; capturant plus de cinquante prisonniers, il maintient la position sous un violent bombardement. Il prend part ensuite à la libération de Strasbourg.

Capturé en Moselle, à Gros Rederching, le 4 janvier 1945 au cours d'une liaison de nuit, il résiste au traitement brutal qui lui est infligé pour le faire parler. Il s'évade peu de temps après, vit caché en Bavière, et parvient à rejoindre la 2e DB avril 1945 en Allemagne.

Aide de camp du général Leclerc, il part avec lui en Indochine en 1945 et conserve les mêmes fonctions auprès de lui jusqu'à sa mort. Il sert ensuite comme chef de bataillon au cabinet puis à l'Etat-major particulier du secrétaire d'Etat à la guerre. Promu lieutenant-colonel en janvier 1949, il est reçu au même moment à l'Ecole supérieure de Guerre.

Jacques Langlois de Bazillac est décédé le 9 novembre 1950 à Paris d'une maladie foudroyante. Il a été inhumé au cimetière des Batignolles à Paris.


• Officier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 16 octobre 1945
• Croix de Guerre 39/45 (8 citations)
• Médaille des Evadés
• Médaille de la Résistance avec rosette
• Croix de Guerre (Tchécoslovaquie)

Imprimer