Ordre de la Libération Menu
Henry Ingrand
<< Tous les compagnons

Henry Ingrand

Combat
FFI
MUR
Vérités

Alias : Villiers - Bessac - Chauray - Mazières - Rouvres

Henry Ingrand est né le 18 août 1908 à Echiré dans les Deux-Sèvres dans une famille de propriétaires agriculteurs.

Bachelier, il se dirige vers des études de médecine et devient externe des Hôpitaux de Paris puis interne des Hôpitaux de la Seine, diplômé de l'Institut de médecine coloniale de Paris, médecin sanitaire maritime.

Il effectue son service militaire au service de santé en 1934 puis devient copropriétaire d'une clinique chirurgicale à Argenteuil et médecin contrôleur de la Fédération mutualiste de la Seine.

En 1939, il est affecté comme médecin-lieutenant à une équipe chirurgicale de l'HOE n° 7 au sein de la 3e Armée.

Ne pouvant accepter l'Armistice, il commence d'abord la lutte par une résistance individuelle et participe à la manifestation du 11 novembre 1940 à Paris.

Dès janvier 1941, il entre dans la Résistance intérieure à Paris dans la filiale parisienne du "Mouvement de Libération Nationale" (MLN) créé, en zone sud, par Henri Frenay. Il collabore à la rédaction du journal du MLN, Les Petites Ailes, et à de nombreuses brochures ronéotypées. Henry Ingrand fonde à son tour en province des groupes, à Reims et en Charente, qui rejoignent le MLN (qui s'appelle désormais comme son journal : "Les Petites Ailes") et collectent des renseignements en faisant de la propagande.

En novembre 1941, il est désigné comme membre du Comité Directeur du mouvement. A partir de février 1942, à la suite du démantèlement du groupe à Paris, il travaille en équipe avec Jacques Lecompte-Boinet, qui fondera, plus tard, "Ceux de la Résistance" (CDLR).

Le 29 juin 1942, à l'issue d'une réunion avec Lecompte-Boinet, Ingrand est arrêté à son domicile par les Allemands. Libéré un mois plus tard, après avoir convaincu les Allemands de sa volonté de coopérer, il parvient à passer rapidement en zone sud. Il est alors chargé de mission de documentation par Henri Frenay pour le mouvement "Combat " qui a succédé au MLN, en septembre 1942 à Toulouse et en octobre 1942 à Marseille.

Arrivé à Clermont-Ferrand en octobre 1942, il est nommé le 27 novembre 1942 chef régional de "Combat" et réorganise la région. Il entre en contact avec Nestor Perret, Robert Huguet et Emile Coulaudon, chef régional des groupes francs de "Combat" puis chef du 1er Corps Franc d'Auvergne, à qui il confie des responsabilités.

Henry Ingrand devient, en mars 1943, le chef régional pour la Région R6 des Mouvements Unis de Résistance (MUR) regroupant "Combat", "Libération" et "Franc-Tireur", puis du Mouvement de Libération Nationale (MLN) qui succède aux MUR, jusqu'à la Libération.

Vivant sous différents pseudonymes dans la clandestinité à Ceyrat, non loin de Clermont-Ferrand, il met en place, courant 1943, l'ensemble des services des MUR, visitant les premiers maquis et les responsables des groupes-francs de la région.

Président du Comité Régional de Libération dès sa création au printemps 1944, Henry Ingrand prend une part active à l'organisation des réduits du Cantal et au rassemblement du maquis du Mont-Mouchet (qui culmine à 1 465 m).

Il rejoint définitivement le maquis du Mont-Mouchet début mai 1944, en qualité de membre de l'Etat-major FFI.

Le 12 mai 1944, il échappe de peu à l'arrestation alors qu'il a rendez-vous à la gare de Ferrières-Saint-Mary avec Jacques Bingen, délégué du CFLN pour la zone sud, lui-même arrêté à la gare de Clermont-Ferrand.

En juin 1944, Henry Ingrand participe aux combats du Mont-Mouchet et de Chaudes-Aigues où il fait preuve des plus grandes qualités de sang-froid et de courage.

Le mois suivant il s'emploie à la réorganisation militaire de l'Auvergne, en rapprochant les maquis de l'Organisation de Résistance de l'Armée (ORA), des Franc-Tireurs et Partisans (FTP) et de l'Armée Secrète (AS). Nommé colonel FFI le 20 juillet 1944 par le chef d'Etat-major national FFI, en accord avec le général Koenig, il est membre de l'Etat-major FFI successivement basé dans le Cantal, à Mauriac, et dans le Puy-de-Dôme, à La Tour-d'Auvergne et au Mont-Dore.

Nommé Commissaire régional de la République pur la Région R6 par le général de Gaulle dès le printemps 1944, il prend son poste à Clermont-Ferrand le 28 août 1944, à la libération de la capitale de l'Auvergne, et le garde jusqu'en 1946.

Nommé ensuite Commissaire honoraire de la République, Henry Ingrand, est, entre 1946 et 1952, Commissaire régional de la République chargé du tourisme, puis Commissaire général du tourisme. Président de la Commission du Tourisme de l'OECE et Président de l'Union internationale des organismes officiels du tourisme, il est également administrateur de l'Aéroport de Paris de 1948 à 1952 et administrateur de l'agence Havas et Président du Comité de tourisme de l'OECE (1949-1952).

Représentant de la France auprès de l'UNWRA à Beyrouth, avec rang d'Ambassadeur, Henry Ingrand est également Ambassadeur de France en Colombie (1955-1958).

Secrétaire général pour les affaires algériennes en 1959 et Ministre plénipotentiaire de 1ère classe la même année, Henry Ingrand est ensuite Ambassadeur de France au Venezuela de 1961 à 1963.

Président du Conseil d'administration des Houillères du Bassin de Provence (1964-1969). Ministre plénipotentiaire hors classe (1970).

Conseiller aux affaires internationales du Groupe des Charbonnages de France et de la Société CdF-Chimie (1970-1977).

Henry Ingrand est décédé le 23 novembre 2003 à Aix-en-Provence. Il a été inhumé au cimetière de Ventabren dans les Bouches-du-Rhône.


• Commandeur de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 17 novembre 1945
• Croix de Guerre 39/45 ( 3 citations)
• Médaille de la Résistance
• Croix du Combattant
• Croix du Combattant Volontaire de la Résistance
• Commandeur du Mérite touristique
• Commandeur de l'ordre de l'Empire Britannique (GB)
• Médaille de l'American Legion (USA)
• Grand Officier du Ouissam Alaouite (Maroc)
• Grand Croix de l'Ordre de Boyaca (Colombie)
• Grand Cordon de l'Ordre du Libertador (Venezuela)
• Officier de la Couronne du Chêne (Luxembourg)


Publications

Le Comité de salubrité de l'Assemblée nationale Constituante 1790-1791. Librairie Médicale, 1934
• Un an d'activité. Septembre 1944-septembre 1945, Commissariat de la République, région de Clermont-Ferrand, sl, sd
Libération de l'Auvergne. Collection "La Libération de la France", Hachette,1974

Imprimer