Ordre de la Libération Menu
Jean Hers (D')
<< Tous les compagnons

Jean Hers (D')

Gendarmerie
Résistance Indochine
Réseau Graille

Jean d'Hers est né le 17 mai 1910 à Toulon dans le Var. Son père, réformé avant la première guerre mondiale, s'engage malgré tout en 1914 et est tué à Verdun l'année suivante.

A 10 ans Jean d'Hers est orphelin de sa mère. Seul avec une grand-mère, il est élevé au lycée de Toulon jusqu'à son entrée, en octobre 1929, à l'Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr (promotion Mangin) et sert ensuite au 141e Régiment d'Infanterie Alpine de Grenoble.

Reçu au concours de l'Ecole d'Application de Gendarmerie en 1935, le lieutenant d'Hers se trouve l'année suivante affecté comme commandant de la Brigade Mobile de la Garde Civile à Gia-Dinh (Cochinchine).

C'est en cette terre lointaine que lui parvient la déclaration de guerre.

Dès lors, il sollicite en vain l'honneur de se battre en France. Promu capitaine en mars 1940, il refuse la défaite et va devenir le chef de la Résistance armée de l'ouest cochinchinois.

Dès décembre 1940, bien que père de 7 enfants, il n'hésite pas à entrer dans le réseau de renseignements "Graille" qui fournit des informations aux Britanniques de Singapour.

Il établit des relevés des terrains d'aviation japonais en Cochinchine et au Cambodge et des rapports sur la navigation nipponne sur l'embouchure du Mékong et du Bassac.

Début 1942 il est muté, par mesure disciplinaire en raison de ses activités clandestines, à Cantho, dans l'ouest cochinchinois. Il y continue sa mission de renseignement au sein du réseau "Graille", ralliant à la Résistance de nombreux volontaires et, tout d'abord, les gendarmes qui servent sous ses ordres. Ce sont ceux-là qui constitueront les équipes de combat qui vont se faire, en 1945, une place dans l'histoire.

Le 9 mars 1945 a lieu le coup de force japonais sur l'Indochine. La réaction du capitaine de Gendarmerie d'Hers est immédiate. De chef de la Résistance civile de l'ouest cochinchinois, il y devient le chef de la Résistance armée. Avec ses équipes il passe à l'action. Les ponts s'effondrent en avalanche : le 13 mars, il fait sauter le pont de Go-Quao, le 15 celui de Cai Rang et le 17 celui de Phung Hiep. Puis c'est le choc de front avec l'ennemi.

Le 18 mars 1945, médiocrement équipée, sur une petite vedette, la petite unité composée d'une quinzaine de soldats et commandée par Jean d'Hers s'oppose, sur le canal de Tran Bang, à environ 200 Japonais établis sur les deux rives du fleuve et leur inflige de lourdes pertes.

Mais, sous le nombre l'équipe de Jean d'Hers est décimée et disparaît avec son chef, tué d'une rafale de mitrailleuses. Seuls un soldat, Sylvestre, et trois tirailleurs, gravement atteints, survivront. Les Japonais eux-mêmes, diront plus tard que d'Hers et ses compagnons leur en ont imposé par leur courage.

Le corps du capitaine d'Hers sera ramené avec celui de ses camarades à Saigon en mars 1946 puis en France, en septembre 1949 pour être inhumé à Toulon.


• Chevalier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 22 janvier 1946
• Croix de Guerre 39/45
• Médaille Coloniale avec agrafes "Indochine", "Extrême-Orient"
• Médaille Commémorative des Services Volontaires dans la France Libre

Imprimer