Ordre de la Libération Menu
Jacques Fitamant
<< Tous les compagnons

Jacques Fitamant

GRCA
Colonne Volante
1er Régiment de Marche de Spahis Marocains

Jacques Fitamant est né le 10 décembre 1905 au Relecq-Kerhuon dans le Finistère.

Il s'engage pour cinq ans à Brest au titre du 2e Régiment d'infanterie coloniale en 1924. Promu caporal l'année suivante, il est affecté au 41e Régiment de tirailleurs coloniaux au Maroc où il prend part à la campagne du Rif en 1925.

En 1927, il passe au 6e Régiment de tirailleurs sénégalais et est nommé sergent. Un an plus tard, il passe au 21e RIC.

Il quitte l'armée en janvier 1929 et se réengage en décembre 1931 avec le grade de soldat de 1ère classe au 22e RIC ; affecté au 9e RIC à Hanoi, il repasse au 2e RIC en 1934 avec le grade de caporal.

L'année suivante, Jacques Fitamant est affecté au 1er Régiment de spahis algériens et promu au grade de maréchal des logis.

En 1939, il quitte l'Algérie pour le 12e Régiment de chasseurs à cheval à Sedan et prend part à la campagne de France.

En décembre 1940, il est affecté à Beyrouth où il débarque en janvier 1941 pour servir au 6e Régiment de chasseurs d'Afrique à Alep.

Après les combats de Syrie, il s'engage, en juillet 1941, à Beyrouth, dans les Forces françaises libres et est affecté chez les Spahis, au 3e Escadron du Groupe de reconnaissance de corps d'armée (GRCA).

Promu maréchal des logis chef en décembre 1941, il participe à la campagne de Libye en effectuant des reconnaissances. En mai 1942, le 3e escadron devient le 2e Escadron et part pour l'Egypte. Son escadron intégré à la Colonne volante, Jacques Fitamant prend part à l'offensive d'El Alamein en octobre 1942.

En novembre 1942, son escadron devient le 2e Escadron du 1er Régiment de marche de spahis marocains (1er RMSM). Jacques Fitamant prend part, de mars à mai 1943, aux combats de Tunisie où il se distingue particulièrement, au cours des opérations du 7 au 15 avril, en pénétrant sciemment dans une position ennemie parsemée de mines antipersonnelles et, le 15 avril, en surprenant un détachement ennemi auquel il inflige des pertes sensibles.

En septembre 1943, il gagne Temara au Maroc où se constitue la 2e Division blindée du général Leclerc dont le 1er RMSM devient le régiment de reconnaissance.

Embarquée à Oran à destination de l'Angleterre, la 2e DB s'y prépare à intervenir en France. Débarqué en Normandie le 2 août 1944, l'adjudant Fitamant participe à la campagne de Normandie et le 12 août détruit un convoi allemand comportant plusieurs chars lourds dans le village de Francheville près d'Alençon. Le lendemain, il libère le village de Boucé.

Toujours volontaire, il s'illustre, après les combats de nettoyage de Paris en août 1944, pendant la campagne des Vosges où, le 15 septembre 1944, devant Zincourt près de Contrexeville, il met en fuite des fantassins allemands et détruit un observatoire ennemi. Le 19 novembre, en Lorraine à l'attaque de Bertrambois, bien que blessé par éclat de mortier, il poursuit sa mission, refusant de se faire évacuer.

Il combat ensuite en Alsace, à Strasbourg Erstein et Grussenheim notamment avant de terminer la guerre sur le front de l'Atlantique, à Royan puis en Allemagne.

Promu au grade d'adjudant-chef en juin 1945, il est démobilisé un an plus tard.

Il s'installe ensuite à La Rochelle comme dépanneur radio.

Jacques Fitamant est décédé le 16 avril 1980 à Libourne. Il a été inhumé à Saint-Pierre d'Eyraud en Dordogne.

• Officier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 24 mars 1945
• Médaille Militaire
• Croix de Guerre 39/45 (4 citations)
• Croix du Combattant Volontaire
• Médaille des Services Volontaires dans la France Libre

Imprimer