Ordre de la Libération Menu
André Favereau
<< Tous les compagnons

André Favereau

Maquis Zone Nord
SNM
Special Detachment

Alias : Brozen

André Favereau est né à Paris le 4 juillet 1907, son père est vice-amiral.

Licencié en droit, il effectue son service militaire dans la cavalerie.

Administrateur délégué des Etablissements de Vendeuvre, il refuse son statut d'affecté spécial et prend part à la campagne de France au sein du 25e Groupe de reconnaissance de corps d'armée.

Il entre dans la Résistance dès octobre 1940, après avoir été contacté par un officier des services de renseignements de Vichy. Dirigeant plusieurs usines de moteurs et de machines agricoles, il peut voyager d'une zone à l'autre, ce qui facilite son action de renseignement.

Fin 1940, il entre en contact avec Maurice Duclos, envoyé par la France libre et fondateur du réseau de renseignements "Saint-Jacques" auquel il fournit des informations.

Arrêté par la Gestapo en juillet 1941, André Favereau est incarcéré à Fresnes puis relâché en novembre 1941 faute de preuves.

Ayant perdu le contact avec Londres, il monte des groupes de résistance en Normandie (Dieppe, Rouen) et en Bretagne (Douarnenez, Quimperlé) et organise des transports de parachutistes depuis Lille et Dieppe jusqu'à Paris.

Début 1943, en zone sud, il entre en rapport avec le mouvement Combat dirigé par Henri Frenay et passe dans la clandestinité. En juillet 1943, il est recruté par Georges-Louis Rebattet (alias Cheval) et Michel Brault, responsable du Service Maquis. Le Service maquis est une organisation créée à l'initiative d'Henri Frenay dans le but de développer les maquis et d'y encadrer les jeunes réfractaires au Service du travail obligatoire (STO).

André Favereau, alias Brozen, est chargé, à partir d'août 1943, de créer le service en zone nord Avec son adjoint Marc O'Neill, et en liaison avec le Comité militaire, le Comité anti-déportation (CAD) et les délégués militaires régionaux (DMR), il organise le Service national maquis en zone nord. En décembre 1943, le service comporte plusieurs chefs régionaux et départementaux, une centrale de papiers d'identité, un dépôt d'intendance, un centre de triage et d'accueil à Paris qui expédie environ 200 hommes par mois vers le maquis. Ce service compte de nombreux officiers et encadre plusieurs milliers d'hommes dont plusieurs groupes francs bien armés.

Des sabotages et des actions à main armée sont entrepris, à partir du quatrième trimestre 1943. André Favereau participe personnellement à l'immobilisation de 17 locomotives en gare de Dieppe et à des actions en Bourgogne.

Entre janvier et mai 1944, le Service s'intègre progressivement aux Forces françaises de l'intérieur (FFI).

De son côté, traqué depuis six mois, Brozen reçoit l'ordre de gagner Alger en mai 1944. Mis par l'Etat-major du général Koenig à la disposition du 12e Groupe d'armées américaines, il commande un "Special Forces Detachment" dont le rôle est l'utilisation de la Résistance en France et en Belgique.

André Favereau quitte l'Armée américaine à Aix-la-Chapelle en octobre 1944 et termine la guerre avec le grade de colonel FFI.

En 1945, il est directeur de cabinet de Henri Frenay, ministre des Prisonniers de guerre, Déportés et Réfugiés du Gouvernement provisoire avant de devenir, en 1946, Gouverneur de Rhénanie-Palatinat.

Directeur de l'UNRA -qui a en charge les réfugiés palestiniens- à Beyrouth à partir de 1954, il est ensuite consul général à Jérusalem de 1958 à 1960.

Ambassadeur en Birmanie en 1961, il devient l'adjoint du commandant du Collège de Défense de l'OTAN à Paris (1963). André Favereau est ensuite chargé de mission à la Direction du personnel du Quai d'Orsay (1965) puis Ambassadeur de France en Australie (1967) avant de prendre sa retraite en 1971.

André Favereau est décédé le 7 février 1989 à Paris et inhumé à Lorient (Morbihan).

 

• Commandeur de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la libération - décret du 19 octobre 1945
• Croix de Guerre 39/45
• Médaille de la Résistance

Imprimer