Ordre de la Libération Menu
Robert Détroyat
<< Tous les compagnons

Robert Détroyat

1er Bataillon de Fusiliers Marins

Fils de général, Robert Détroyat est né le 8 janvier 1911 à Tours en Indre-et-Loire.

Il fait ses études primaires à Paris puis part pour Rome, de 1920 à 1924. De retour en France, il entre à l'école Sainte-Croix de Neuilly.

En octobre 1927, Robert Détroyat entre à l'école Sainte-Geneviève de Versailles dans le cours préparatoire à l'Ecole navale où il est admis en 1929.

Il sort de Navale en 1931 avec le grade d'enseigne de vaisseau de 2e classe ; il fait ensuite une année d'application sur le croiseur école Jeanne d'Arc.

Affecté aux Forces navales du Levant il est envoyé à Beyrouth. Après deux années passées au Levant, il demande à suivre le cours des Fusiliers marins à Lorient où il est muté en janvier 1935.

Il en sort avec des notes brillantes et est nommé officier fusilier sur l'Algérie dont le port d'attache est Toulon.Au bout de deux ans, en août 1937, il est envoyé sur le Chevalier Paul sur lequel il reste peu de temps, la chance lui étant offerte de partir en Extrême-Orient sur le Primauguet ; c'est là-bas, qu'en février 1939, il est promu lieutenant de vaisseau.

Revenant en Europe sur le Primauguet, il apprend en route que la France et l'Angleterre ont déclaré la guerre à l'Allemagne ; le croiseur prend part immédiatement aux opérations, exécutant des reconnaissances dans l'Atlantique.

De retour en France en février 1940, Robert Détroyat est, à sa demande, désigné pour le commandement du Chasseur 5 à Cherbourg. Ce petit navire est dirigé sur Dunkerque, il opère en Mer du Nord et, en mai 1940, il parcourt les canaux de Hollande sous les bombes allemandes. Le Chasseur 5 et son commandant sont cités à deux reprises à l'ordre des Forces de Mer pour avoir "vaillamment pris part aux opérations en Mer du Nord" et pour avoir, "sous un violent bombardement exécuté par 34 avions ennemis", sauvé le personnel d'un torpilleur en feu. A la même date, Robert Détroyat est l'objet d'une citation individuelle pour son comportement et son énergie.

En juin 1940, le Chasseur 5, ayant reçu des obus dans la coque, rejoint Cherbourg tant bien que mal et, le 17 juin, encore mal réparé, reçoit l'ordre de se rendre à Portsmouth.

Le 13 juillet 1940, répondant à l'appel du général de Gaulle, il signe son engagement dans les Forces navales françaises libres. L'amiral Muselier lui confie alors le soin de former une unité de Fusiliers marins.

Le 31 août 1940, le 1er Bataillon de Fusiliers marins (1er BFM), sous le commandement de Robert Détroyat qui vient d'être promu capitaine de corvette, s'embarque à bord du Westernland à destination de Dakar.

Après l'échec de Dakar, le 1er BFM participe en octobre aux opérations du Gabon. De novembre 1940 à février 1941, Robert Détroyat est essentiellement occupé à des tâches d'intendance et d'administration.

Le 19 février 1941, le 1er BFM s'embarque pour Freetown d'où il rejoint Durban ; le 31 mars, il quitte cette ville pour reprendre sa progression vers le Nord.

En mai, il se trouve vers le canal de Suez et en juin, il est envoyé en Syrie. Le 21 juin, le commandant Détroyat avance vers Damas à la tête de ses hommes. Il s'arrête à Mezze et, alors qu'accompagné de deux hommes il part rejoindre à quelques centaines de mètres son adjoint Jean des Moutis, il tombe face à un détachement de troupes vichystes. Il leur propose de les amener au PC du bataillon. Au bout de quelques pas, une rafale de mitraillette atteint Robert Détroyat qui s'écroule, mortellement touché.

Après la guerre, il sera inhumé à Saint-Pierre d'Irube près de Bayonne.

• Chevalier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 16 août 1944
• Croix de Guerre 39/45 (4 citations)
• Croix de Guerre (Pays-Bas)
• Médaille de la Résistance avec rosette

Imprimer