Ordre de la Libération Menu
François Delimal
<< Tous les compagnons

François Delimal

BCRA
CDLR
BOA

Alias : Jacques Fontaine - Faraday - Gouverneur

François Delimal est né à Paris le 16 février 1922. son père est officier de Marine

Elève au Lycée Louis-le-Grand puis à l'Ecole des Sciences Politiques, il est aussi champion de boxe universitaire.

En 1942 il est recruté par son camarade de l'Ecole des Sciences Politiques Pierre Arrighi, pour le compte du mouvement de Jacques Lecompte-Boinet, "l'Organisation Nationale de la Résistance".

En janvier 1943, le mouvement prend le nom de "Ceux de la Résistance" (CDLR).

Sous le nom de Jacques Fontaine, François Delimal est envoyé en Champagne où il développe un nouveau groupe du mouvement à Epernay dans la Marne.

Il est également chargé du contact avec le Bureau des Opérations Aériennes (BOA). Il effectue de nombreuses missions de renseignement, de transport, d'organisation radio et de parachutage d'armes et d'atterrissage, comme adjoint de Michel Pichard, alias "Pic".

Il part pour Londres en août 1943 et y effectue un stage. Il en revient deux mois plus tard et, sous le pseudonyme de Faraday, en qualité d'agent P 2 avec le grade de capitaine.

Il n'a pas encore 22 ans et est chargé des parachutages dans les départements de Haute-Marne, Marne, Côte d'Or et Haute-Saône ; il assume dans d'autres départements limitrophes l'homologation de dizaines de terrains de parachutage et la création de leurs comités de réception en liaison avec Gilbert Grandval, responsable régional des "affaires militaires" de CDLR de la Région C.

François Delimal est arrêté le 20 mars 1944 avec ses adjoints par la Gestapo au cours d'un coup de filet tendu au secrétariat parisien du BOA, rue de Lourmel.

Conduit rue des Saussaies, pour ne pas parler, il se suicide lors de son interrogatoire, le 21 mars 1944, en avalant la capsule de cyanure que les services de Londres lui avait remise.

Son corps est incinéré au cimetière du Pèche Lachaise, le 24 mars 1944 en même temps que celui de Pierre Brossolette. Après la guerre, ses cendres sont transférées au cimetière de Passy.


• Chevalier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 28 mai 1945
• Croix de Guerre 39/45 avec palmes
• Médaille de la Résistance

Imprimer