Ordre de la Libération Menu
Raymond Deleule
<< Tous les compagnons

Raymond Deleule

FFI
Franc Tireur
MUR
CDLL

Alias : Dubreuil - Berthet - Duroc

Fils d'horloger, Raymond Deleule est né le 14 février 1902 à Morteau dans le Doubs.

Il embrasse lui-même la carrière d'horloger à Morteau. Il effectue son service militaire dans l'Armée de l'air comme personnel au sol.

Il entre dans la Résistance dès août 1940 et, dès 1941, il est saboteur en zone occupée. En janvier 1942, il rejoint à Paris le mouvement de résistance "Ceux de la Libération" (CDLL) fondé un an auparavant par Maurice Ripoche.

Mais, à l'été 1942, ayant été repéré, il quitte CDLL avec l'accord de ses chefs pour conserver son activité de renseignement au sein du mouvement de résistance "Franc-Tireur", créé en zone sud par Antoine Avinin et Jean-Pierre Levy.

Installé à Lyon, comme officier de renseignement, Raymond Deleule devient l'adjoint direct de Jean-Pierre Levy et un des responsables du mouvement Franc-Tireur pour toute la zone sud.

A partir d'août 1943, il est responsable de l'organisation des groupes francs des Mouvements Unis de Résistance (MUR) pour la région de Montpellier et de Marseille. Il participe souvent à l'action à la tête de ses hommes ; le 1er décembre 1943, à Marseille, il est cerné par des Miliciens en plein centre ville ; il parvient à se dégager avec ses compagnons, tuant plusieurs assaillants et emportant leurs armes.

Raymond Deleule est ensuite nommé inspecteur régional des FFI à Toulouse où il instruit les équipes qui sabotent entre autre, près de 80% de la production d'aluminium français, la poudrerie de Toulouse et un grand nombre de locomotives. Il dirige également des actions destinées à stopper la production des mines de Carmaux.

Le 13 janvier 1944, à Paris, en plein Palais de Justice, il délivre, avec Charles Gonard et ses hommes, Jean-Pierre Levy dit Gilles, chef de "Franc-Tireur".

A partir de mai 1944, il organise militairement les FFI du Tarn-et-Garonne et du Tarn ce qui permet à ce département d'avoir une structure militaire suffisante pour faire 5 000 prisonniers allemands le 25 août 1944.

Il termine la guerre avec le grade de lieutenant-colonel puis il devient commerçant en bijouterie.

Raymond Deleule est décédé le 21 février 1961 à Paris. Il a été inhumé à l'ancien cimetière d'Asnières.

  • Officier de la Légion d'Honneur
  • Compagnon de la Libération - décret du 26 septembre 1945
  • Croix de Guerre 39/45
  • Médaille de la Résistance
  • Bronze Star Medal (USA)
Imprimer