Ordre de la Libération Menu
Charles Clerc
<< Tous les compagnons

Charles Clerc

1er Bataillon d'Infanterie de Marine
Direction Matériel

Bourguignon, Charles Clerc est né en Espagne, le 29 mai 1908 à Bilbao, d'un père ingénieur chez Solvay et d'une mère sage-femme.

Il fait ses études à Dijon, puis à l'Ecole nationale des Arts et Métiers de Châlons-sur-Marne (promotion 1927-1930).

Sorti ingénieur, il fait son service militaire comme EOR à l'Ecole des chars de Versailles, puis comme sous-lieutenant au 510e Régiment de chars de combat à Nancy.

En 1931, il entre à la Laiterie Saint-Hubert, grande entreprise agroalimentaire.

A la même époque, il s'inscrit à la faculté de pharmacie où il prépare et obtient un diplôme de microbiologie.

Mobilisé en 1939 comme lieutenant de chars, Charles Clerc se porte volontaire pour la Syrie, où il est affecté au bataillon de chars de Homs. En sa qualité de "Gadz'Arts", il est ensuite détaché au parc annexe automobile de Beyrouth, en tant que chef de l'atelier chars.

Répondant à l'appel du général de Gaulle, il gagne la Palestine le 30 juin 1940, et rejoint à Haïfa la 3e compagnie du 24e RIC de Tripoli, qui prend bientôt l'appellation de 1er Bataillon d'infanterie de marine (1er BIM).

La 1ère Compagnie du 1er BIM quitte Ismaïlia pour rejoindre à Solum, en Egypte, les troupes britanniques du général Wavell qui, en décembre 1940, prennent l'offensive contre les troupes italiennes de l'armée Graziani. En janvier 1941, le lieutenant Charles Clerc réussit un coup magistral lors du raid sur Tobrouk en capturant six postes ennemis. Ce qui lui vaut d'être cité à l'ordre de l'Armée et fait Compagnon de la Libération par le général de Gaulle le 7 mars 1941.

En juin 1941, avec la 1ère Brigade légère française libre que commande le général Legentilhomme, il revient en Syrie puis il est affecté à la 1ère Brigade française libre, qui, sous les ordres du général Koenig, s'illustre en Libye et en Egypte à Halfaya, Bir-Hakeim et El Alamein, aux côtés de la 8e Armée britannique.

Les compétences scientifiques et techniques du capitaine Charles Clerc lui valent d'être chargé de la mise sur pied du service auto de la 1ère Division française libre. Il crée de toutes pièces le premier atelier lourd mobile de soutien divisionnaire grâce auquel la Division va parcourir des milliers de kilomètres.

Après la reconquête de la Tunisie en 1943, le capitaine Clerc, cavalier d'origine, est affecté à la 2e Division blindée du général Leclerc alors en formation au Maroc. Il est chargé de la direction du matériel de cette grande unité avec laquelle il rejoint l'Angleterre en avril 1944 ; il fait partie des premiers éléments qui débarquent en Normandie en août 1944.

A la tête d'un groupe de reconnaissance il participe à la course qui, depuis la Normandie, mène Leclerc jusqu'à Paris, Strasbourg et au Rhin.

Nommé lieutenant-colonel au combat entre Baccarat et Strasbourg, Charles Clerc termine la guerre sous les ordres du général de Larminat dans les opérations de réduction des poches de l'Atlantique.

Dès la fin des hostilités, Charles Clerc reprend ses fonctions à la laiterie Saint-Hubert dont il deviendra directeur général adjoint et administrateur.

Il est également administrateur de la Société Lerebourg à Liverdun et des Brasseries Réunies et Entrepôts Frigorifiques de Maxéville.

Il s'occupe du Centre pour l'Accroissement de la Productivité des Entreprises laitières dont il sera Président pendant plusieurs années.

Administrateur des Services médicaux et sociaux de Lorraine, il participe à de nombreux travaux et recherches sur le plan national.

Charles Clerc est décédé le 2 janvier 1967 à Nancy. Ses obsèques se sont déroulées en l 'Eglise Saint-Joseph de Nancy où il a été inhumé.

  • Officier de la Légion d'Honneur
  • Compagnon de la Libération - décret du 7 mars 1941
  • Croix de Guerre 39/45 avec palmes
  • Médaille de la Résistance avec rosette
  • Médaille Coloniale
  • Croix du Combattant Volontaire
  • Médaille des Services Volontaires dans la France Libre
  • Legion of Merit (USA)
Imprimer