Ordre de la Libération Menu
Paul Chenailler
<< Tous les compagnons

Paul Chenailler

Maquis du Morbihan

Alias : Morice

Paul Chenailler est né à Paris le 6 mai 1904.

Il est capitaine au long cours et lieutenant de vaisseau de réserve lorsque la guerre éclate. Après avoir servi dans la reconnaissance du Havre, il est contraint de se replier sur Cherbourg, puis de gagner Casablanca sur l'aviso dragueur Marie-Gilberte dont il est le commandant.

Démobilisé au Maroc, il est ensuite rapatrié en France et, en 1941, il est sous directeur des services du ravitaillement du Morbihan.

Dès cette époque, il participe à la Résistance.

En décembre 1943, Paul Chenailler est chef départemental du mouvement France Combattante.

Adjoint du commandant Maurice Guillaudot, il lui succède lorsque ce dernier est arrêté par les Allemands le 10 décembre 1943. Devenu le colonel Morice (en hommage à Maurice Guillaudot), il installe son PC à Brehan-Loudéac.

Durant l'hiver 1943-1944, grâce à ses liaisons avec Londres, il obtient de nombreux parachutages d'armes. Morice devient alors chef de tous les mouvements de résistance du Morbihan. Il organise les forces dispersées du maquis et réussit à en faire une armée clandestine homogène de plusieurs milliers d'hommes.

Ses résistants organisés en sections, compagnies et bataillons forment au début de juin 1944 huit bataillons de 1 000 hommes.

Entre le 6 et le 18 juin 1944, Paul Chenailler rassemble trois bataillons pour protéger un terrain de parachutages à Saint-Marcel, près de Malestroit où, pendant 12 jours, il reçoit des armes et parachutistes du 4e Bataillon d'Infanterie de l'Air (4e BIA). Le 18 juin les Allemands attaquent Saint Marcel avec 9 à 10 000 hommes. Pendant la nuit, pour échapper à l'encerclement, les trois bataillons disparaissent ne laissant à l'ennemi ni un blessé, ni une arme.

Après le 6 août, lorsque la liaison est établie entre les résistants et l'armée américaine, Morice, avec le général Borgnis-Desbordes, tient le front de Lorient et de la Villaine, avant de devenir adjoint au commandant de la 19e DI.

La guerre terminée, il est démobilisé avec le grade de capitaine de frégate. En décembre 1945 à Vannes, il est décoré de la Croix de la Libération par le général de Larminat en même temps que Maurice Guillaudot, revenu de déportation.

Après 1945, il est directeur du quotidien régional, La liberté du Morbihan.

Paul Chenailler est décédé des suites de maladie le 17 juin 1960, à son domicile de Queven dans le Morbihan. Il a été inhumé à Vannes.


• Officier de la Légion d'Honneur
• Croix de la Libération - décret du 19 octobre 1945
• Croix de Guerre 1939-1945
• Médaille de la Résistance
• Médaille Commémorative 1939-1945 (Atlantique)
• Médaille des Services Volontaires dans la France Libre
• Bronze Star Métal (USA)
• Officier de l'Empire Britannique
• Etoile Noire du Bénin

Imprimer