Ordre de la Libération Menu
Albert Chavanac
<< Tous les compagnons

Albert Chavanac

1er Régiment d'Artillerie Coloniale

Albert Chavanac est né le 19 octobre 1909 à Saint-Hilaire-Saint-Florent, près de Saumur, il est le fils d'un officier de carrière mort au champ d'honneur en 1915.

Il fait ses études au Prytanée militaire de la Flèche, puis au lycée Saint-Louis et à la faculté des Sciences de Paris.

Incorporé en 1930, au 28e Régiment d'artillerie divisionnaire, il suit les cours d'EOR à Poitiers et est nommé sous-lieutenant en 1931.

L'année suivante, il est obligé de quitter l'armée pour raisons de santé et exerce dès lors dans l'industrie en Guyane et en Indochine.

Au début de la guerre, Albert Chavanac est lieutenant d'artillerie de réserve, en indisponibilité en raison de deux opérations d'une thoracoplastie (septembre 1938 et mars 1939).

En juin 1940, il quitte Paris avant l'arrivée des Allemands, se replie sur Clermont-Ferrand, Bordeaux et cherche vainement à passer en Espagne avec un camarade pour rejoindre l'Angleterre. Finalement, le 26 juin, à Saint-Jean-de-Luz, les deux hommes réussissent à embarquer sur le S/S Kelso, dernier cargo d'un convoi anglais venu chercher des soldats polonais. A son arrivée à Liverpool, Albert Chavanac s'engage dans les Forces françaises libres et est affecté au détachement d'artillerie.

Il participe, avec son unité, à l'opération de Dakar en septembre 1940. Promu capitaine le 1er novembre, il sert en Palestine où il parvient en février 1941 comme chef de la section n° 2 de canons de 75.

Il commande ensuite, à partir de mai 1941, la 2e Batterie de la 1ère Division légère française libre avec laquelle, en juin et juillet 1941, il prend part à la campagne de Syrie.

Albert Chavanac est ensuite, au sein de la 1ère Division française libre (1ère DFL), commandant de batterie, puis de groupe au 1er Régiment d'artillerie coloniale (1er RAC) sous les ordres du lieutenant-colonel Laurent-Champrosay.

Début 1942, il est en Libye et participe aux opérations de Jock-Columns autour de la position de Bir-Hakeim. Le 16 mars, il se signale particulièrement en dirigeant avec sang-froid et précision le tir de sa batterie, s'opposant à l'avance de trois colonnes de chars ennemis parvenus à trois kilomètres de la position.

Il s'illustre également aux combats de l'Himeimat (El Alamein) en octobre 1942.

Après la campagne de Tunisie, Albert Chavanac participe à celle d'Italie, où, pendant l'offensive du 11 mai au 20 juin 1944, il montre de grandes qualités de commandant de batterie. Il se bat notamment au Rio Forma Quesa le 28 mai, au Monte Leucio et à Radicofani le 18 juin.

Lors du débarquement en Provence, en août 1944, il contribue aux opérations de la prise de Toulon, notamment par des bombardements sur les forts de Sainte Marguerite et Le Malgue (24-25 août 1944).

Promu chef d'escadrons en septembre 1944, il commande le 1er Groupe du Régiment et participe aux combats de la percée de la trouée de Belfort, puis aux batailles de la libération de l'Alsace. Devant Bourbach, les 6 et 7 décembre, il appuie un groupement d'infanterie et de chars sur un terrain difficile.

Au début de l'année 1945, il se bat encore à l'Ill (au sud de L'Illwald) et s'illustre dans des engagements les 23 janvier et 2 février.

La guerre terminée, le commandant Chavanac fait partie du cabinet du général Koenig commandant en chef en Allemagne, comme directeur adjoint de la Sûreté de la zone française.

En 1949, il est délégué du RPF pour le sud-ouest. Lieutenant-colonel de réserve, après un bref passage dans le secteur privé, qui le conduit en Guyane et en Indochine dans le secteur du bois, il est élu conseiller municipal de Paris en 1959.

Président de la troisième commission chargée de la voirie, de l'urbanisme et de l'environnement, il représente la ville de Paris au conseil d'administration de la compagnie du chauffage urbain et de l'aéroport de Paris.

En avril 1965, il est élu président du conseil municipal de Paris puis sénateur de Paris en 1968.

Albert Chavanac est décédé le 14 septembre 1972 à Rennes. Il a été inhumé au cimetière de Bagneux (92)


• Commandeur de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 2 juin 1943
• Croix de Guerre 1939-1945 (6 citations)
• Médaille de la Résistance
• Croix du Combattant
• Combattant Volontaire de la Résistance
• Médaille coloniale avec agrafes "Libye", "Bir-Hakeim", "Tunisie"
• Médaille Commémorative des Services Volontaires dans la France Libre
• Member of the British Empire (GB)
• Military Cross (GB)
• Mérite Syrien

 

Imprimer