Ordre de la Libération Menu
Jean Cédile
<< Tous les compagnons

Jean Cédile

BM 5

Jean Cédile est né le 26 janvier 1908 à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) dans une famille d'hôteliers bourguignons.

Il rentre en France en 1914 et fait ses études au collège d'Auxerre.

Licencié en droit, il est également breveté de l'école Coloniale et de l'Institut des Langues Orientales.

Elève officier de réserve à Saint-Cyr en 1931, il poursuit son service militaire comme sous-lieutenant au 24e Régiment de Tirailleurs Sénégalais (24e RTS) à Perpignan.

Jean Cédile est affecté ensuite comme administrateur au Cameroun. La guerre le surprend à Maroua, où il est chef de subdivision en région Savane.

Il prend le commandement d'une compagnie de tirailleurs stationnée à Edia.

Il rejoint les Forces françaises libres lors du ralliement du Cameroun le 27 août 1940.

Avec sa compagnie, il est affecté en mai 1941 au 3e Bataillon du Régiment de Tirailleurs du Cameroun en formation sous les ordres du commandant Gardet à 70 kilomètres de Yaoundé.

En février 1942, son instruction achevée, le Bataillon prend le nom de Bataillon de marche n° 5 (BM 5) et gagne le Moyen-Orient en Syrie d'abord puis au Liban et en Egypte où, en juillet 1942, le BM 5 est intégré à la 2e Brigade de la 1ère Division française libre.

Avec son unité, Jean Cédile prend part à la campagne de Libye et d'Egypte et notamment à la bataille d'El Alamein en octobre 1942.

Jean Cédile combat ensuite en Tunisie en mai 1943 et est cité pour s'être dépensé sans compter "avec beaucoup de courage et d'intelligence".

Capitaine, il est nommé chef de cabinet de René Pleven, commissaire aux Colonies du Comité français de la Libération nationale (CFLN) à Alger le 1er juillet 1943.

Jean Cédile rejoint Paris en août 1944 avec les services du commissariat aux Colonies.

Nommé chef de la Mission militaire française en Sud-est Asiatique, il rejoint Ceylan en mars 1945.

Jean Cédile participe à des opérations en Birmanie avec l'Armée britannique et effectue différentes missions en Chine. Parachuté en Cochinchine le 24 août 1945, il est fait prisonnier avec ses camarades par les Japonais et incarcéré à Saigon. Il réussit à s'évader une semaine plus tard et prend les fonctions de Commissaire de la République et de représentant de la France, en attendant l'arrivée du général Leclerc.

Jean Cédile termine la guerre au grade de chef de bataillon.

De retour en France en 1947, il est chargé de la direction de l'Agence de l'Indochine.

Commissaire de la République au Togo en 1948 puis secrétaire général du Gouvernement de l'Afrique équatoriale française en 1951, il est directeur du cabinet de Bernard Cornut-Gentille, ministre de la France d'Outre-mer en 1958. Directeur des territoires d'Outremer (TOM) au ministère des DOM-TOM de 1958 à 1963, il sert ensuite au ministère des armées (1963-1967).

De 1960 à 1970, Jean Cédile est président de l'énergie électrique du Cameroun.

Il est élu en 1976 à l'Académie des Sciences d'Outre-Mer.

Jean Cédile est décédé à Saint Cloud le 13 février 1984. Il a été inhumé à Accolay (Yonne).


• Grand Officier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 22 janvier 1946
• Croix de Guerre 39/45
• Croix de Guerre des TOE
• Médaille Coloniale
• Officier de l'Instruction Publique
• Commandeur de l'Etoile Noire du Bénin
• Commandeur du Nicham El Anouar
• Commandeur de l'Ordre Royal du Lion (Belgique)
• Commandeur de l'Ordre d'Orange Nassau (Pays-Bas)

Imprimer