Ordre de la Libération Menu
René Amiot
<< Tous les compagnons

René Amiot

BM 11
BM1
QG 50

René Amiot est né le 15 janvier 1914 à Argenteuil ; son père était ingénieur en constructions navales.

Il effectue son service militaire au 5e Chasseurs d'Afrique à Alger en 1935-1936 et devient lui-même ingénieur agricole dans le nord-est de la France.

Rengagé en 1939, il est détaché comme officier d'active en avril 1940 à l'Intendance au Moyen-Congo.

Il y entend l'appel du 18 juin et rallie la France libre dès le lendemain, par l'intermédiaire de l'ambassade d'Angleterre à Léopoldville.

Caché au Congo depuis le 19 juin, il participe activement avec le médecin général Sicé et le commandant Delange, au ralliement, sans heurts, de Brazzaville au général de Gaulle, le 28 août 1940, entraînant de nombreux camarades hésitants.

Malgré une santé précaire, volontaire, il est versé au Bataillon de Marche n° 1 (BM 1) où il participe brillamment comme sous-officier, chef de section, à la campagne du Gabon et reçoit une citation. En Syrie, il est grièvement blessé par une balle au bras le 19 juin 1941 au Djebel Kelb au cours d'une contre-attaque mais refuse de se laisser évacuer.

Avec le BM 11, créé au Levant en octobre 1941 par dédoublement du BM 1, il participe aux campagnes de Libye et est blessé par mine devant El Alamein en octobre 1942.

Blessé de nouveau par éclats d'obus en Tripolitaine en 1943, il prend part à la fin de la campagne de Tunisie.

Malade, il rejoint la 1ère Division française libre en Italie. Passé au service de santé, il "fait preuve du plus grand sang-froid, protège son personnel et prend une part active à l'évacuation des blessés", lors du bombardement du QG n° 50 de la Division le 13 juin 1944.

René Amiot débarque en Provence, à Cavalaire, le 15 août 1944 et participe à la campagne de France.

Evacué sanitaire à la fin de 1944, il termine la guerre au grade de lieutenant et poursuit sa carrière au service de santé des troupes coloniales, notamment à Dakar.

Placé en non activité en 1955, il sert au titre de la Coopération à Madagascar et au Gabon où il dirige un hôpital de lépreux dans la province d'Oyem.

Alors qu'il est chef des services administratifs de l'Ecole du Pharo à Marseille, il prend sa retraite en 1965 avec le grade de commandant.

Administrateur de sociétés ou directeur administratif, René Amiot effectue également des missions bénévoles au profit des fondations Follereau et de l'Ordre Souverain de Malte, auprès des lépreux de l'Afrique noire.

Il se retire dans la Drôme en 1978 ; il effectue néanmoins une dernière mission chez les lépreux du Nord Gabon en 1983.

René Amiot est décédé à Lyon le 1er novembre 1985.


• Officier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 18 janvier 1946
• Officier de l'Ordre National du Mérite
• Croix de Guerre 39/45 (2 citations)
• Médaille de la Résistance
• Médaille Coloniale avec agrafes "AFL", "Libye", "Tunisie"
• Médaille des Blessés
• Croix du Combattant Volontaire
• Médaille du Levant
• Médaille Commémorative 39/45
• Médaille Commémorative des Services Volontaires dans la France Libre

Imprimer