Ordre de la Libération Menu
Henry Bouquillard
<< Tous les compagnons

Henry Bouquillard

RAF
Squadron 245
Squadron 615

Fils de notaire, Henry Bouquillard est né le 14 juin 1908 à Nevers.

Il fait ses études au lycée de Nevers et, bachelier, commence des études en droit et en agronomie mais sans grande conviction ; il devance l'appel en 1928 et effectue son service au 13e Bataillon de chasseurs à pied où il suit les cours du peloton de sous-officier.

A l'issue de son service, il signe comme sergent un engagement au titre du 35e Régiment d'infanterie à Belfort et quitte l'armée en 1932.

Passionné d'aviation, il entre dans l'aviation civile, dans l'équipe de Maryse Bastié à Orly. Sous-officier de réserve, il est transféré dans l'armée de l'air et effectue une période volontaire d'exercice en juillet 1938 au cours de laquelle il obtient son brevet de pilote militaire.

A la déclaration de guerre, il est moniteur à l'Union des pilotes civils de France à Paris. Mobilisé comme moniteur au Centre de Bourges, il demande, à plusieurs reprises, à partir en escadrille, en vain. Mais il obtient toutefois d'être envoyé en stage de perfectionnement à l'Ecole d'acrobatie de Salon de Provence en février 1940 puis affecté au Bataillon de l'air 108 à Montpellier.

Nommé moniteur à l'école de pilotage de Marrakech en mai, il voit de nouveau s'éloigner les perspectives de combattre. Le sergent Bouquillard a alors à son actif 1 000 heures de vol dont 400 à titre militaire et il désespère d'être employé comme combattant alors que se déroule, à plusieurs milliers de kilomètres du Maroc, la campagne de France.

Profondément affecté par la signature de l'armistice, il embarque en fraude à Casablanca sur un cargo anglais rapatriant des troupes polonaises. Sur le bateau se trouve plusieurs volontaires français parmi lesquels Romain Gary. Après une escale à Gibraltar, Henry Bouquillard parvient le 17 juillet 1940 à Glasgow où il s'engage dans les Forces françaises libres.

Après deux stages d'entraînement en août et septembre, il est d'abord affecté en Irlande du Nord au 245 Squadron de la Royal Air Force puis au 615 Squadron à Prestwick en Ecosse. Le 1er octobre 1940 l'adjudant Bouquillard entre au 249 Squadron avec lequel il prend part à la Bataille d'Angleterre.

Le 16 octobre, il participe à la mise hors de combat d'un appareil ennemi.

Le 25 octobre, alors qu'il effectue sa 18e mission, son appareil est touché au cours d'un combat aérien ; grièvement blessé au bras gauche, à la jambe et à la tête, il parvient à atterrir à Rochester.

A peine remis de ses blessures, sans congé de convalescence, il reprend sa place au combat dans son squadron au mois de novembre.

Début décembre, il est affecté au 615 Squadron de la RAF.

Fait Compagnon de la Libération parmi les premiers, le 29 janvier 1941, il est également, le même jour, nommé membre du premier Conseil de l'Ordre de la Libération par le général de Gaulle.

Titulaire de deux victoires aériennes homologuées, il est promu sous-lieutenant le 1er mars 1941.

Le 11 mars 1941, le sous-lieutenant Bouquillard participe à une mission en escadrille dans la région de Douvres. Attaqué par deux appareils ennemis, il se lance à leur poursuite mais son Hawker Hurricane est abattu aux environs de Tilbury. Après guerre, la dépouille de Henry Bouquillard a été inhumée au cimetière de Nevers.

• Chevalier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 29 janvier 1941
• Croix de Guerre 39/45 (2 citations)
• Médaille de la Résistance
• Médaille Commémorative 1939-1945 avec agrafe « France", "Grande-Bretagne »
• Médaille des Services Volontaires dans la France Libre
• 1939-1945 Star (GB) avec agrafe « Battle of Britain »
• Air Crew Europe Star (GB)
• War Medal 1939-1945 (GB)

Imprimer