Ordre de la Libération Menu
André Boulloche
<< Tous les compagnons

André Boulloche

BCRA
DMR

Alias : Doneau - Marin - Segment - Armand

André Boulloche est né le 7 septembre 1915 à Paris ; fils d'un Ingénieur des Ponts et Chaussées qui fut ingénieur général et Directeur des Routes au Ministère des Travaux publics.

Après des études au lycée de Beauvais puis, après le baccalauréat, au lycée Janson de Sailly à Paris, il entre en 1934 à Polytechnique, en sort en 1936 dans le Corps des Ponts et Chaussées.

Il fait alors son service militaire dans le Génie à Versailles puis à Metz. Il passe également une licence de droit.

Rappelé en 1939 comme lieutenant du Génie dans l'Est, il supporte mal la Drôle de guerre et demande sa mutation pour l'Armée de l'Air.

A partir de janvier 1940, il effectue un stage comme observateur en avion à Dinard. Au moment de la débâcle, désireux de continuer la guerre, il parvient avec une dizaine de camarades à rejoindre l'Afrique du Nord en s'embarquant à Port-Vendres le 24 juin 1940.

Débarqué à Oran, il tente sans succès de gagner Londres et, démobilisé début septembre, regagne la métropole. Nommé, en octobre 1940, ingénieur ordinaire des Ponts et Chaussées à Soissons, il entre rapidement dans la Résistance.

En janvier 1941, il entre en contact par l'intermédiaire de son frère Robert avec André Postel-Vinay qui lui demande de constituer un réseau de renseignements dans l'Aisne. André Boulloche fait bientôt entrer dans l'organisation son chef direct aux Ponts et Chaussées, Pierre Pène puis son collègue Jean Bertin.

De par ses fonctions, André Boulloche peut facilement obtenir des informations sur la localisation des troupes ennemies et sur les travaux entrepris par l'occupant.

Après l'arrestation de Postel-Vinay, fin décembre 1941, André Boulloche prend la responsabilité du réseau pour la région nord. Durant l'année 1942, le réseau s'accroît et de nombreux agents opèrent dans toute la zone occupée. En dehors du travail de renseignements, André Boulloche prend des contacts avec les responsables de l'Armée secrète (AS) et organise l'infrastructure militaire de la Résistance.

Recherché par la Gestapo, il passe la frontière espagnole le 25 décembre 1942 1942 avec deux camarades, suivant l'itinéraire Oloron-Pampelune. Arrêté, il est interné à Pampelune puis Agreda et Jerada. Passé au Portugal, il parvient à gagner l'Angleterre par avion en mai 1943.

Volontaire pour des missions en France, André Boulloche est déposé dans la région de Tours par opération Lysander le 13 septembre 1943, en qualité de Délégué militaire de la Région P (Paris). Avec les responsables de l'Armée secrète, sous le pseudonyme d'Armand, il met en place l'organisation paramilitaire de la Résistance. Il fait entreprendre de nombreux sabotages demandés par le Commandement interallié.

Arrêté à son domicile par la Gestapo le 12 janvier 1944 avec son adjoint Ernest Gimpel, à la suite d'une dénonciation, il tente de s'échapper ; blessé grièvement par balle, il est soigné à l'Hôpital de la Pitié puis incarcéré à Fresnes.

Le 7 avril 1944, il est transféré au camp de Royallieu (Compiègne) avant d'être déporté (alors qu'il souffre d'une éventration due à la réouverture de ses blessures) le 27 avril 1944 vers Auschwitz puis Buchenwald et Flossenburg. André Boulloche est libéré le 23 avril 1945 par l'armée américaine. Son père, sa mère, son frère, arrêtés en août 1944 et déportés, ne reviendront pas.

En 1946 André Boulloche est chargé de mission par le Ministère des Travaux publics aux Etats-Unis. Il adhère la même année à la SFIO.

Directeur du cabinet du Président du Conseil Paul Ramadier en 1947, il devient son directeur de cabinet au Ministère de la Défense l'année suivante.

André Boulloche est en 1953 chef de service de l'Infrastructure au Ministère de l'Air puis en 1955, Directeur des Travaux publics au Maroc.

En 1957 il dirige le cabinet de Maurice Bourgès-Maunoury alors Président du Conseil avant d'être nommé en 1958 ministre délégué à la Présidence du Conseil.

Ministre de l'Education nationale du général de Gaulle en 1958, il démissionne fin 1959.

Maire de Montbéliard en 1965, il est élu député du Doubs en 1967.

Membre du comité directeur du Parti socialiste en 1969 et vice-président du Groupe socialiste à l'Assemblée nationale.

André Boulloche est parlementaire du Conseil de l'Europe en 1973 et délégué national du Plan pour le PS en 1976.

Président de l'Amicale des Anciens chefs de Réseaux, il est également membre du Conseil de l'Ordre de la Libération depuis août 1958.

Le 16 mars 1978, André Boulloche décède à la suite d'un accident d'avion, au retour d'une mission dans le cadre des élections législatives, dans le Massif du Marzell. Il a été inhumé à Montbéliard (Doubs).


• Commandeur de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 17 novembre 1945
• Croix de Guerre 39-45
• Médaille de la Résistance
• Médaille de l'Aéronautique
• King's Medal for Courage (GB)

Imprimer