Ordre de la Libération Menu
Jean Bouchez
<< Tous les compagnons

Jean Bouchez

BCRA
Réseau Lucas
Réseau Brutus

Alias : Bertrand

Jean Bouchez est né le 19 mai 1919 à Wardin en Belgique.

Engagé volontaire par devancement d'appel en octobre 1938, il est admis au cours des EOR.

Jeune aspirant sorti de l'école militaire de Saint Maixent en mai 1939, il est affecté à la déclaration de guerre à la compagnie cycliste au 348e Régiment d'infanterie.

Il se distingue pendant la bataille de France comme chef de section, sous les ordres du capitaine Pierre Fourcaud, commandant la compagnie cycliste.

Le 24 mai 1940, il contre attaque avec sa section un ennemi quatre fois supérieur en nombre, faisant 10 prisonniers.

Blessé grièvement de deux balles au pied le 16 juin 1940 en même temps que son capitaine, à Benestroff au nord de Nancy dans un combat d'arrière-garde, il réussit pourtant à ramener les débris de sa section dans les lignes françaises. Il est évacué à l'Hôpital complémentaire d'Haxo à Epinal.

Fait prisonnier le 19 juin 1940, le sous-lieutenant Bouchez est rapatrié sanitaire le 15 mars 1941 et admis à l'hôpital militaire de Perpignan. Sorti de l'hôpital le 8 avril 1941, il est démobilisé à la même date.

Refusant la défaite, Jean Bouchez retrouve Pierre Fourcaud (alias Lucas) qui le fait entrer dans son réseau de renseignements "Lucas". Il fait des liaisons avec la zone nord aux côtés du frère de Pierre Fourcaud, Boris, alias "Froment". Il est également en rapport à Paris avec le colonel Heurtaux (réseau Hector et Organisation civile et militaire)

Pierre Fourcaud est arrêté à Marseille fin août 1941 et interné à Vichy puis à Clermont-Ferrand. Avec des membres du groupe, parmi lesquels Gaston Tavian, Bouchez cherche à faire évader son chef. Apprenant que ce dernier a été transféré à l'hôpital de Clermont-Ferrand, il parvient à s'y introduire déguisé en infirmier et à voir Fourcaud. Un plan d'évasion est mis en place mais il échoue en raison du transfert imprévu de Fourcaud vers la prison de Clermont.

Bouchez reprend ses activités dans le réseau dirigé alors par "Froment" qui remplace son frère. Plus tard, le réseau prendra, sous la direction d'André Boyer, le nom de "Brutus".

Officiellement incorporé dans les rangs de la France libre le 17 février 1942, comme agent P 2 du Bureau central de Renseignements et d'Action (BCRA), le sous-lieutenant Bouchez, alias Bertrand, accomplit de nombreuses missions en France et en Belgique.

Mais il est trop tard et, trahi, il est arrêté par la Gestapo le 13 mai 1942 à Paris. Interné au Cherche-Midi puis à Fresnes, il est fusillé à Paris, Porte de Versailles, le 5 octobre 1942 avec 17 autres résistants.

Jean Bouchez est inhumé au cimetière de La Bouteille dans l'Aisne.

• Compagnon de la Libération - décret du 13 mars 1943
• Croix de Guerre 39/45 (2 citations)
• Médaille de la Résistance

Imprimer