Ordre de la Libération Menu
Louis Magnat
<< Tous les compagnons

Louis Magnat

1/3 Régiment d'Artillerie Coloniale

Louis Magnat est né à Lyon, le 8 avril 1915.

Ingénieur des Arts et Métiers, il suit les cours d'élève officier de réserve à Poitiers en 1935. Promu au grade de sous-lieutenant, il est affecté au 94e Régiment d'artillerie de montagne à Nice en avril 1936.

Libéré du service militaire en octobre 1937, il s'installe en Argentine où il travaille dans la prospection de pétrole comme ingénieur.

Il est mobilisé le 6 mai 1940 en Patagonie et reçoit l'ordre de se rendre à Buenos Aires pour y embarquer à destination de la France.

Il embarque sur le Florida et arrive à Dakar en juin, puis est dirigé vers la Côte d'Ivoire. Il y reçoit son affectation, après l'armistice, à la 31e Batterie commandée par le capitaine Laurent-Champrosay à Bobo Dioulasso où il parvient en apprenant l'appel du général de Gaulle.

Le 6 juillet 1940 Laurent-Champrosay propose à ses hommes de continuer la lutte auprès des Britanniques et le lendemain, Louis Magnat et les volontaires de la 31e Batterie se présentent à la frontière anglaise de Gold Coast.

A la suite du ralliement du Cameroun le 26 août 1940, Louis Magnat embarque pour Douala où il s'engage dans les Forces françaises libres.

Le 3 septembre il est nommé lieutenant et affecté à la Batterie de Côte de Manoka jusqu'en décembre 1942.

Le 6 janvier 1943, le lieutenant Magnat prend le commandement, à Oum el Araneb au Fezzan, de la section de deux canons de 25 livres de la Section d'artillerie n°11. Il participe jusqu'en février 1943 à l'occupation du Fezzan-Tripolitaine puis jusqu'en mai 1943, après avoir pris le commandement d'une Batterie de 4 canons de 25 livres, à la campagne de Tunisie, au Ksar Rhilane et au Djebel Garci notamment. Il est cité à l'ordre de la Division pour avoir fait preuve du "plus parfait mépris du danger" dans des conditions très dures.

Il stationne ensuite avec son unité en Tripolitaine et, de juin à septembre 1943, commande la 4e Batterie du 3e Régiment d'artillerie coloniale (3e RAC).

En septembre 1943, Louis Magnat est affecté au 1/3e Régiment d'artillerie coloniale qui succède au 3e RAC et se constitue à El Ageilat. Il commande la 3e Batterie. Promu au grade de capitaine, il part, au même moment, pour le Maroc, à Temara, où se forme la 2e Division blindée du général Leclerc dont le 1/3e RAC constitue l'artillerie du Groupement tactique Dio (GTD).

En avril 1944, l'unité quitte Temara pour rejoindre, via Oran, l'Angleterre en vue de l'utilisation de la 2e DB en France.

Louis Magnat débarque à Grandcamp, en Normandie, le 2 août 1944. Le 1/3e RAC stationne jusqu'au 6 août à Lithaire dans la Manche avant de prendre une part active à la campagne de Normandie jusqu'au 22 août notamment aux combats de Doucelles, Coulommiers, Alençon, et Carrouges.

L'unité poursuit le combat dans le cadre de la libération de Paris à Longjumeau, La Croix-de-Berny, Drancy, à la Gare Montparnasse, au Sénat puis au Bourget. Louis Magnat est de nouveau cité pour son attitude au feu et pour l'extrême précision de ses tirs d'artillerie.

S'ensuit la campagne des Vosges puis la libération de Strasbourg, le 23 novembre 1944, pour laquelle il est de nouveau cité et la campagne d'Alsace.

Du 28 février au 12 avril 1945, le 1/3e RAC quitte la zone des armées et stationne à Beaulieu en Indre-et-Loire.

Louis Magnat participe ensuite, sur le front de l'Atlantique, à la réduction de la poche de Royan, du 15 au 18 avril 1945.

Il termine la guerre en Allemagne avec la 2e DB et est démobilisé en juillet 1945.

Chef d'escadron honoraire, Louis Magnat exerce ensuite la profession d'Ingénieur dans la Prospection électrique de pétrole en Argentine.

Il est ensuite gérant de la Société de prospection de pétrole Servicios Tecnicos ATLAS en Argentine.

Retraité, Louis Magnat se retire en Argentine, à Buenos Aires, puis à San Francisco aux Etats-Unis et enfin en Espagne.

Louis Magnat est décédé le 29 août 2012 à Barcelone en Espagne.


• Officier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 13 juillet 1945
• Croix de Guerre 39/45 (3 citations)
• Médaille de la Résistance
• Médaille Coloniale avec agrafes "Fezzan-Tripolitaine", "Tunisie 1943"
• Presidential Unit Citation (USA)

Imprimer