Ordre de la Libération Menu
Camille Cunin
<< Tous les compagnons

Camille Cunin

Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Tchad
BM 24

Camille Cunin est né le 17 janvier 1912 à Lépanges sur Vologne dans les Vosges. Son père était mécanicien auto.

Il passe le concours de l'Ecole de la Marine marchande mais, en raison de la crise, est contraint de travailler tout en poursuivant des études de droit, d'anglais et de comptabilité.

Camille Cunin accomplit en 1933 son service militaire dans l'Infanterie, puis travaille comme agent de factorerie à la Société commerciale de l'Ouest africain, à Port Harcourt, au Nigeria. C'est là qu'il entend l'appel du 18 juin, décide d'abandonner sa situation et s'engage dans les Forces françaises libres comme sergent le 30 septembre 1940 à Lagos.

Envoyé au camp Colonna d'Ornano à Brazzaville en octobre 1940 en tant qu'élève aspirant, il est affecté en mars 1941 au Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Tchad (RTST) au Tibesti.

Avec la Force "L" du général Leclerc, il participe brillamment aux campagnes du Fezzan, de Tripolitaine et de Tunisie où il est blessé le 5 mai 1943 à Djebel Garci par un éclat d'obus.

Il passe avec ses tirailleurs à la 1ère Division française libre (1ère DFL), au Bataillon de Marche n° 24 (BM 24) en juillet 1943 et prend part à la campagne d'Italie.

Camille Cunin se distingue le 17 mai 1944 dans la région de Pontecorvo, au cours d'un repli particulièrement délicat sous le feu violent d'armes automatiques, en rassemblant les mitrailleuses de plusieurs compagnies, protégeant ainsi efficacement les éléments placés en avant.

Il débarque en Provence, à Cavalaire, le 16 août 1944 et se fait remarquer par son brillant comportement dès les opérations offensives qui ont lieu devant Toulon du 19 au 24 août 1944, notamment le 22, lors de l'attaque du village de la Garde.

Il s'illustre encore le 22 novembre 1944 au cours de la campagne de Belfort, à Rougegoutte, où, sous le feu d'armes automatiques, il fait placer lui-même une pièce de mitrailleuse et la commande personnellement, permettant ainsi à sa compagnie de se déplacer sous sa protection.

En janvier 1945, le BM 24 encerclé dans Obenheim (Alsace) et attaqué par une unité blindée, est presque anéanti et les survivants sont faits prisonniers après avoir utilisé la totalité de leurs munitions. Blessé au cours de ces opérations, le 10 janvier, porté disparu et emmené en captivité, Camille Cunin s'évade le 27 mars 1945 du camp de Hammelburg (Oflag 13 B) et, après cinq jours de marche à travers les positions allemandes, rejoint le 2 avril une unité américaine et se fait diriger sur la 1ère DFL, en opération au nord de Nice.

Il est démobilisé en octobre 1945 avec le grade de lieutenant de réserve (promu capitaine de réserve un an plus tard).

Camille Cunin est après la guerre administrateur de la France d'Outre-mer, d'abord comme adjoint au chef de la subdivision de Maradi, au Niger (1946-1947) puis comme chef de subdivision de Magaria, toujours au Niger (1947-1949)

En 1950, il est chef de la subdivision de Zinder (Niger), puis successivement de celle de Birni-N'Konni (1951-1952), de Maradi et commandant du cercle de Maradi (1952-1955) et commandant du cercle de Tillabery (1956-1957).

Il quitte le Niger en 1957 pour la Guinée où il dirige le cercle de Kissidougou. En 1958 il retourne au Niger comme commandant du cercle de Tera puis, en 1959-1960, de celui de Tillabery;

En congé spécial à partir de 1961, il prend sa retraite à Cannes.

Camille Cunin est décédé le 4 mai 2004 à Cannes. Il est inhumé à Aix-les-Bains en Savoie.


• Commandeur de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 17 novembre 1945
• Croix de Guerre 39/45 (5 citations)
• Médaille Coloniale
• Bronze Star Medal (USA)

Imprimer