Ordre de la Libération Menu
Le Compagnon Alain Gayet

Le Compagnon Alain Gayet

Jeune homme, ses parents voulant le "faire mûrir", l'envoyèrent en Autriche afin qu'il apprenne l'allemand. C'était en 1936-1937, Alain Gayet avait quinze ans. Il se retrouva dans un collège de jésuites, situé à la frontière avec le Liechtenstein et la Suisse. "A Noël 1938" me raconta il y a quelques années Alain Gayet, lors de l'écriture d'un ouvrage consacré aux Compagnons de la Libération (1), "je suis  retourné en Autriche, près de Linz, participer à un camp de rapprochement franco-allemand.  Au cours de ce séjour, visitant le musée de Munich, j'y rencontrai Hitler. L'instant était très curieux. J'y discutais avec des jeunes filles qui, comme aimantées, étaient attirées par leur chancelier. Ce qui m'a frappé chez lui, c'est son nez pyramidal, géométrique."

Le 18 juin 1940, Alain Gayet réussit à embarquer sur un charbonnier à Brest. Le lendemain, il se retrouve à Falmouth (Angleterre). Le 1er juillet, il s'engage "pour la durée de la guerre" au sein de l'armée de Gaulle, les futures Forces françaises libres (FFL). Le garçon de dix sept ans rêve d'aviation. Il rejoint le train des équipages. Puis c'est l'expédition de Dakar, l'école des officiers à Brazzaville. L'aspirant Gayet rejoint, à Damas, en septembre 1941, les spahis marocains (peloton d'automitrailleuse) où il liera d'amitié avec un autre futur Compagnon, Fred Moore. il se distingue à El Alamein (Egypte, octobre 1942), en Tunisie l'année suivante. Promu sous-lieutenant, il quitte provisoirement le combat...pour aller passer son bac. Il retrouve le 1er régiment de marche de spahis marocains (1er RMSM) avec lequel il débarque en France, le 1er août 1944. Après la libération de Paris, il poursuit le combat dans les Vosges. Audacieux, homme de sang-froid, il se distingue en Moselle puis plus tard à Royan. Alain Gayet termine la guerre en Allemagne, avec le grade de lieutenant, chevalier de la légion d’Honneur et titulaire de cinq citations.

Démobilisé, le toujours jeune homme entreprend des études de médecine et de chirurgie. Il exerce à Charleville-Mézières (Ardennes), à Bastia (Haute-Corse), à Dunkerque (Nord), aux Sables-d'Olonne (Vendée). Alain Gayet est décédé jeudi 20 avril, à l'âge de quatre-vingt quatorze ans, à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).Grand officier de la Légion d'honneur, Alain Gayet était le grand-père de l'actrice et productrice, Julie Gayet. Onze Compagnons de la Libération sont encore vivants.

(1) Les Compagnons de la Libération, Résister à 20 ans, Privat, 2006

Texte reproduit avec l'aimable autorisation de son auteur, Henri Weill, et publié sur le site http://ainsi-va-le-monde.blogspot.fr/

 

Le 24 avril 2017, monsieur Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, a prononcé l'éloge funèbre du Compagnon Alain Gayet lors de l'hommage national rendu dans la cour d'honneur de l'Hôtel national des Invalides.

Lire l'éloge funèbre du ministre de la Défense

 

Imprimer