Order of the Liberation Menu
Rencontre

Rencontre

Mercredi 19 octobre à 19 heures

Salle de conférence du musée

Daniel Cordier n'a pas 20 ans et attend son incorporation imminente lorsqu’il entend le discours du maréchal Pétain le 17 juin 1940. Révolté, il décide de continuer la lutte et rassemble 16 volontaires avec lesquels il embarque sur un navire belge à destination de l'Afrique du Nord. Ils seront déroutés vers l'Angleterre où Daniel Cordier s'engage immédiatement dans la "Légion de Gaulle".

Il reçoit une formation militaire au sein du Bataillon de Chasseurs, qui est rapidement dissous. Il est ensuite affecté à un peloton d'élève officier. Promu aspirant en août 1941, il brûle de passer à l'action et obtient d'être affecté au service "Action" du BCRA, le Bureau central de Renseignements et d'Action, les services secrets de la France libre à Londres.

Daniel Cordier suit alors un entraînement spécial dans les écoles de l'Intelligence Service et est parachuté en France fin juillet 1942. Le 1er aout, il rencontre Rex, alias Jean Moulin, qui l'engage pour organiser son secrétariat et mettre sur pied un état-major clandestin.

Après l'arrestation de Jean Moulin le 21 juin 1943, Daniel Cordier poursuit sa mission comme secrétaire de la Délégation générale en France jusqu'en mars 1944. Pourchassé par la Gestapo, il s'évade alors vers l’Espagne où il sera interné, avant de pouvoir retourner en Angleterre où il est nommé chef de la section des parachutages d'agents du BCRA.

Intégré à la Direction générale des Etudes et Recherches à l’automne 1944, il dépouille les archives du BCRA avec Vitia Hessel afin de permettre la rédaction du Livre blanc du Bureau dont à la charge Stéphane Hessel. Il démissionne après le départ du général de Gaulle en janvier 1946.

Entrée libre. Dans la limite des places disponibles.
51 bis bd de La Tour-Maubourg (M° La Tour-Maubourg- Ligne n°8)

Réservation obligatoire par téléphone: 01 47 05 35 15 ou vaguemestre@ordredelaliberation.fr

Print